in ,

Besiktas : soupçonné d’avoir fait un greffe de cheveux d’où son éviction, Vincent Aboubakar se défend

L’ancien joueur d’Al Nassr a notamment clarifié les rumeurs sur une présumée greffe de cheveux à laquelle il aurait eu recours.

Vincent Aboubakar

L’attaquant de Besiktas a pris la parole suite à sa récente suspension. Après avoir perdu contre Fenerbahçe (3-1), le club a exclu cinq de ses joueurs dont Aboubakar et Jean Onana. Le motif évoqué, est : « mauvaises performances et incompatibilité avec l’équipe ». Cette annonce a suscité de nombreuses discussions et spéculations.

Malgré son statut de vice-capitaine, Vincent Aboubakar a été mis à la touche. Une décision qui a beaucoup fait parler. Deux jour plus tars, le Lion indomptable sort de son silence dans une interview accordé au journal turc Spor.  « Je n’ai ni subi de greffe de cheveux ni fait quoi que ce soit d’arbitraire. Je suis gravement malade à cause d’un virus et je n’ai pas pu jouer 3 matchs. Cependant, j’ai marqué beaucoup de buts la saison dernière. En début de saison, les buts que j’ai marqués lors des matchs de qualification ont permis au club de se qualifier pour la Conference League. C’est une évidence », a-t-il déclaré, mettant fin aux rumeurs d’une greffe de cheveux.

Pour approfondir :   Médias/Covid-19 : Le gouvernement exclu Équinoxe TV de sa campagne de Communication

Aboubakar ne manque pas de prétendants

Actuellement interdit de participer aux entraînements et aux activités du club, il semble qu’Aboubakar ne restera pas longtemps dans cette situation. Son contrat courant jusqu’en 2025 pourrait ne pas aller à son terme, et selon Africafoot.com, il serait en pourparlers avec plusieurs clubs, dont Al Attihad et le Spartak Moscou. Il est clair que le joueur formé à Coton Sport de Garoua attire lencore ’intérêt de nombreux clubs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CEMAC Banque

Un homme d’affaires ivoirien rachète les filiales d’une grande banque au Cameroun et au Gabon

Jean Pierre Amougou Belinga

Affaire Martinez Zogo : Paul Biya abat son courroux sur Florent Sikati après sa tentative de libération d’Amougou Belinga