in

Lady Ponce : « Je ne suis pas l’artiste d’une tribu »

Sur son compte Facebook, le jeudi 09 mars 2023, l’artiste de Bikutsi Lady Ponce publie un texte pour justifier ses prises de position qui suscitent les polémiques sur la toile. Elle précise aussi qu’elle n’est pas une artiste cantonnée dans une tribu.

Lebledparle.com vous propose le texte intégral

J’ai dépassé l’âge de me taire quand les opprimés souffrent. J’ai dépassé  l’âge où j’ai peur qu’on m’accuse du « crime » de « faire de la politique « . Cette locution qu’ils utilisent pour faire peur aux artistes camerounais. Comme si faire de la politique était une accusation très grave qui vous éloignerait de votre public. La crainte de se voir accusé de faire de la politique a un effet  tétanisant et paralysant que vous ne pouvez pas imaginer. Alors ne blâmez pas ceux qui redoutent des accusations de « faire de la politique ».

À ceux qui pensent qu’ils vont me bâillonner avec ce petit mot qu’ils utilisent pour influencer les idées des artistes, comprenez très bien que vous pouvez vous mettre vos menaces  où je pense.

L’artiste camerounais est arrivé  à un niveau  où on l’effraye par ce qu’il  a fait la photo  avec un fan,  un citoyen camerounais, tout simplement parce que le citoyen  appartiendrait à tel camp politique et pas à l’autre. Comme si cette appartenance politique était figée et immuable (les alliés d’aujourd’hui sont peut-être les adversaires de demain et vice versa). Comme si le fait d’appartenir à un camp plutôt qu’à tel autre vous ôtait votre légitimité ou votre appartenance à la communauté nationale.

Pour approfondir :   Cameroun : Jean de Dieu Momo demande pardon à ses militants et au peuple Bamiléké

Je ne suis pas l’artiste d’une tribu.

Oui je ne suis pas l’artiste d’une tribu. Si je voulais être artiste  d’une tribu je serais  restée dans mon village  et faire la musique pour mon village. Je ne suis pas un artiste qui parle pour chercher à plaire à ceux qui ont les esprits tordus.

Je suis une artiste camerounaise.

Oui quand  je joue hors de mon pays c’est écrit « Artiste camerounais ».  Le mot est grand.

Je suis l’artiste à qui toutes les ethnies du Cameroun ont presque tout donné et continuent à donner.  Faîtes vos petites menaces là aux jeunes  pas à moi. Longtemps je vous ai laissé manipuler mon esprit  avec vos petits  mots.  « elle  veut déjà faire la politique », franchement quand je revois ça aujourd’hui je me dis pourquoi ce mot fait autant peur  quand quelqu’un l’utilise contre toi ? C’est  tout simplement parce que certains veulent nous interdire notre droit de citoyen de revendiquer un droit absolu que j’ai acquis le jour de ma naissance en tant que citoyenne camerounaise. Vous avez passé le temps à faire croire à l’artiste camerounais qu’être avec le peuple qui souffre est synonyme de  faire la politique alors j’assume donc faire la politique.  Et le jour que je choisirai mon parti politique ne vous inquiétez pas je l’annoncerai sur mes plates-formes mais pour le moment mon parti politique s’appelle Artiste Du Ghetto Et Présidente Du Ghetto.

Pour approfondir :   Mort de Cabrel Nanjip : La concession de ses parents en terrassement pour les obsèques

Lady Ponce

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Celestin Djamen opinion

Célestin Djamen : « Ne croyons pas que le Commonwealth ou la Francophonie pourront un jour remplacer notre ardent désir de redevenir Africains »

les Unes en kiosque

La revue de presse camerounaise du lundi 13 mars 2023