in

Célestin Djamen : « Ne croyons pas que le Commonwealth ou la Francophonie pourront un jour remplacer notre ardent désir de redevenir Africains »

Le Cameroun va se joindre à la communauté internationale pour célébrer la journée du Commonwealth, le lundi 13 mars 2023. « Forger un avenir durable et de paix commun », tel est le thème de la Journée du Commonwealth de cette année. A quelques heures de cette célébration, l’homme politique Célestin Djamen publie un texte sur Facebook, le vendredi 10 mars 2023 pour dire que ses organisations sont des erzats de la colonisation.

Celestin Djamen opinion
Djamen Célestin, Homme politique - DR

Lebledparle.com vous propose l’intégralité du texte

S’exprimer Dans La Langue Du Colon N’est Pas Une Fierté. Nous Ne Sommes Donc Ni Anglophones Ni Francophones.

Le fait que je parle français ne fera de moi un français d’Afrique, frère le fait que tu t’exprimes en anglais ne fait pas de toi un Englishman. Pourquoi sommes-nous si stupides nous AFRICANS ? Les français et les britanniques parlent-ils une seule langue africaine depuis 500 ans qu’ils nous côtoient et qu’ils occupent nos territoires ? J’en voie même qui se proclament Ambazoniens autrement dit qu’ils sont différents des autres pour avoir eu la « Chance » d’être colonisés par les Britanniques, oubliant ainsi totalement leur identité africaine, quelle aliénation !

Nous n’avons d’autres intérêts que de nous UNIR dans une puissance et authentique organisation continentale (exit l’Union africaine) ou disparaitre politiquement et culturellement.

Nous ne pouvons plus nous tailler le luxe de la division et du nombrilisme psychotiques, pensons aux générations qui nous succéderont. Ne croyons pas que le Commonwealth ou la Francophonie, ces erzats de la colonisation, pourront un jour  remplacer notre ardent désir de redevenir AFRICANS pour de vrai.

Pour approfondir :   Cameroun : Paul Biya dévoile sa date de retour après plus d'un mois à l'étranger

Vive L’AFRIQUE !!!

Célestin DJAMEN

Président National APAR

Kwame Nkrumah

 

Africains Que Valons-Nous ?

La société américaine DISPLAY s’arroge depuis janvier 2023 l’invention du jeune Zimbabwéen Maxwell CHIKUMBUSTO  qui a inventé la télévision sans fil. Ce n’est pas la première fois que les occidentaux volent les inventions de génies AFRICANS et les font breveter à leur nom. Maxwell a été empoisonné à trois reprises et à ce jour nul ne sait où il se trouve exactement.

En plus de la télé sans fil il n’est pas inutile de rappeler que ce dernier a aussi fabriqué une voiture et un hélicoptère dont tous fonctionnent sans carburant mais avec les radios fréquences transformées en énergie propre. Malheureusement aucun brevet pour ses inventions ne lui a été accordé et AUCUN chef d’État Africain n’a reagi. Quel déshonneur mon Dieu !

En 2020, il a été invité aux usa par un américain afin de développer son invention et obtenir un brevet. Et depuis son départ en 2020 plus aucune nouvelle de cet homme et voilà qu’en 2023, l’une de ses inventions est mis sur le marché au nom des américains.

Pour approfondir :   Pour avoir critiqué le meeting de Maurice Kamto à Paris, un journaliste invite Célestin Djamen à gagner la porte

À qui la faute ? En tout cas l’heure n’est plus aux lamentations. L’heure du réveil et du Panafricanisme concurrentiel a sonné. L’heure de la violence positive Panafricaniste contre la violence illégitime occidentale a sonné, soit on crève ensemble comme des geux ou des idiots soit on reprend ensemble et par tous les moyens le leadership planétaire de l’ancienne Egypte.

On ne peut plus assister, impuissant, à la boucherie mentale, intellectuelle voire même spirituelle de l’Afrique sans réaction. Trop c’est trop!!!. Mais une fois qu’on l’a dit on fait quoi ? On continue à jouer aux valets et aux poules mouillées ?

Célestin DJAMEN

Président National APAR

A qui la faute?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Senat cameroun

Saint-Eloi Bidoung : « Au sénat, Ils y entrent, s’y couchent et s’endorment en ronflant comme des moteurs à double injection »

Lady Ponce : « Je ne suis pas l’artiste d’une tribu »