in

La revue de presse camerounaise du mercredi 6 mars 2024

Très chers abonnés, bonjour et merci de nous renouveler une fois de plus votre confiance ce matin, dans le cadre de cette revue de la presse matinale. Retrouvez ci-dessous, les informations telles que traitées dans les journaux parus en kiosque.

Revue de presse
Les Unes en kiosque ce matin

Gouvernance : Les conséquences de la suspension du Cameroun de l’ITIE. Dans son édition en kiosque ce matin, le quotidien L’Economie est allé à la rencontre de l’expert des questions d’économie et finance, Ange Ngandjo, qui analyse les conséquences de la sortie du Cameroun ce cet instrument international. Il évoque entre autres, l’isolement international, la perte de confiance des investisseurs, les risques accrus de mauvaise gestion des ressources naturelles. Les détails à lire dans les pages 10 et 11 du journal.

Agents d’encadrement de la Beac : Les candidats admis toujours en attente de formation. Cette information est donnée ce matin par le bihebdomadaire La Voix Des Entreprises. Selon le journal, la situation est l’un des dossiers « brûlants » qu’Yvon Sana Bangui, nouveau gouverneur de la Beac, installé dans ses fonctions à Yaoundé le 1er mars 2024, est appelé à gérer en urgence.

Richard Evina Obam : « La Cdec est totalement opérationnelle ». Le Directeur général de la Caisse des Dépôts et Consignations s’est exprimé ainsi, dans une interview accordée au journal Expression Économique. Dans ladite interview à retrouver en page 6 et 7, Richard Evina Obam explique les modalités de transfert des fonds en déshérence vers son institution.

Tracasseries policières : Interdiction de retrait des CNI expirées aux usagers. Le quotidien Le Drapeau, révèle que dans un message-fax adressé à ses collaborateurs des services centraux et régionaux de la police daté du 4 mars 2024, Martin Mbarga Nguélé, Délégué général à la Sûreté nationale, a réitéré l’importance de respecter les instructions données en juin 2023, qui proscrivent explicitement le retrait des pièces d’identité même expirées aux usagers lors des contrôles.

Pour approfondir :   Cameroun : Peut-on envisager une augmentation de salaires en 2020 ?

Organisations estudiantines : Du sang neuf à l’Addec. Hassan Moulioum, étudiant à l’université de Yaoundé 1 et président nouvellement élu de l’Association pour la défense des droits des étudiants du Cameroun (Addec), dévoile son programme à la tête de ce mouvement emblématique. C’est à lire dans les colonnes du trihebdomadaire La Voix Des Jeunes.

Assemblée nationale : Vers une session houleuse au parlement camerounais. Le journal EcoMatin en kiosque ce matin, propose une analyse sur la première session de l’année qui s’est ouverte ce 05 mars, et estime qu’elle revêt des enjeux importants au plan socio-économique à l’exemple de la revalorisation des salaires qui s’étend aux travailleurs du secteur privé. « Un véritable boulet pour les patrons qui ne cessent de crier à l’explosion des coûts opératoires. Sur place Jean-Michel Nintcheu, transfuge du SDF et le petit groupe d’élus du PCRN conduit par Cabral Libii sont chauffés à bloc », fait observer le journal. Sauf que ces deux derniers ne sont visiblement pas seuls. La doyenne d’âge, Laurentine Koa Mengue a marqué les esprits à l’ouverture de cette session en brocardant ses collègues députés qui se préoccupent très peu de la condition du peuple.

Pour approfondir :   La revue de presse camerounaise du jeudi 4 avril 2024

Sénat : Niat vers la sortie ? Cette interrogation est du quotidien Mutations parution de ce matin. D’après le journal de Georges Alain Boyomo, le président du Sénat n’a pas été aperçu hier à l’occasion de l’ouverture de la session de mars. Le règlement intérieur offre à penser qu’une nouvelle page pourrait s’ouvrir.

Sections Rdpc : L’invasion des femmes. Par ce titre, le journal du Comité central du Rassemblement démocratique du Peuple camerounais, L’Action indique qu’à la faveur de l’ouverture prônée par son président national et orchestrée par le secrétaire général du Comité Central, Jean Nkuété, nombreuses « sont ces dames qui préfèrent aujourd’hui le Rdpc à l’organisation des femmes du parti de Paul Biya (Ofrdpc) ». L’Action a saisi l’opportunité de la journée internationale de la femme qui se célèbre le 8 mars prochain, pour recenser quelques-unes de ces amazones qui dirigent des sections autrefois réservées aux seuls hommes.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

facebook membres

Facebook brièvement interrompu : panique sur la toile

Team Camer

Les tenues des athlètes camerounais pour les Jeux africains et olympiques dévoilées