in

La revue de presse camerounaise du mardi 11 avril 2023

Très chers abonnés, c’est toujours un immense plaisir de décrypter pour vous tous les matins, l’actualité parue dans les kiosques au Cameroun. En ce mardi 11 avril, retrouver ci-dessous, l’essentiel à retenir des informations disponibles dans les kiosques.

Mardi 11 avril

Cameroon Tribune de ce matin nous amène au Sénat pour parler de l’ouverture de la session ordinaire de plein droit qui a eu ce matin. « Pour les 5 prochaines années, en dehors de l’examen et de l’adoption des lois, ainsi que du contrôle de l’action gouvernementale », ces hommes et femmes de la 3e législature, plus que par le passé, doivent se présenter en « véritables défenseurs des collectivités territoriales décentralisée », peut-on lire.

Dans son édition spéciale en kiosque ce matin, le journal Le Soir parle du synode « illégal » de l’église évangélique du Cameroun (EEC). Documents à l’appui, notre confrère mentionne qu’alors que le contentieux qui secoue cette église depuis 6 ans n’a pas encore été vidé, l’actuel bureau tente un autre passage en force en convoquant un autre synode à Foumban du 14 au 16 avril 2023 après celui du 15 décembre 2021 tenu à la paroisse du quartier Briquèterie à Yaoundé, « en violation de la constitution et des disposition de l’EEC. C’est à lire en page 4.

Expression politique dans sa publication en kiosque ce mardi, parle du Covidgate et nous fait savoir que le Secrétaire général à la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh a été auditionné au Tribunal criminel spécial. Le plus proche collaborateur du chef de l’Etat, selon des sources au journal, a été entendu pendant de longues heures au TCS le 6 avril dernier sur la gestion des fonds destinés aux marchés à la riposte national contre le coronavirus.

Pour approfondir :   Vidéo : Premier meeting d’Albert Dzongang après sa sortie de prison

En économie, le quotidien L’Économie nous apprend ce matin que  le Cameroun est parmi les mauvais élèves en zone Cemac en matière d’industrialisation. Le pays est classé 4e sur les six que compte la zone Cemac, et 24e sur le plan continental. Notre confrère tient ces données de la première édition du rapport des économies les plus industrialisées d’Afrique conjointement publiée par la Banque africaine de développement (BAD), l’Union africaine (UA) et l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) conjointement.  Sur les 52 pays que compte le continent africain, l’étude montre que 37 ont vu leur niveau d’industrialisation s’accroître au cours des 11 dernières années. Le rapport sur l’Indice de l’industrialisation en Afrique (AII) fournit une évaluation à l’échelle nationale des progrès réalisés par les 52 pays africains sur la base de 19 indicateurs clés qui couvrent les performances manufacturières, le capital, la main-d’œuvre, l’environnement des affaires, les infrastructures et la stabilité macroéconomique.

« Ketcha Courtès accusée de mensonge et de chantage », c’est le grand titre qui fait la Une de Le Financier d’Afrique de Faustin Njikam en kiosque. Dans son développement, on peut lire : « la très sulfureuse ministre de l’Habitat et du Développement urbain, est à nouveau au centre d’une polémique née de ses relations réelles ou supposées avec la première dame, ses enfants et de la famille de Ferdinand Ngoh Ngoh ». Lire l’éditorial de Faustin Njikam ce matin.

Sortons avec le quotidien Mutations qui dénonce ce matin, le financement par des étudiants, des travaux de soutenances de thèses. D’après notre confrère, les étudiants de l’Université de Dschang sont contraints de financer la prise en charge des membres du jury de soutenance de leurs thèses. Une pratique qui selon le journal, influencerait les délibérations.

Chers abonnés, c’est sur cette information que nous arrivons au terme de notre revue de la presse ce matin. Merci d’avoir été des nôtres. À demain pour une autre édition.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Beyala Calixthe journal

Calixthe Beyala : « S’inscrire sur les listes électorales au Cameroun est une obligation »

Tchatchou Vanessa

Un avocat international dévoile à Vanessa Tchatchou ce qu’elle doit faire pour récupérer son enfant