in

La revue de presse camerounaise du jeudi 9 février 2023

Très chers abonnés bonjour et merci de vous connecter encore à lebledparle.com pour lire votre revue quotidienne de la presse. Comme tous les matins, retrouvez ci-dessous, l’essentiel à retenir des informations en kiosque au Cameroun.

Presentation1

Ouvrons cet exercice avec Émergence qui nous apprend que l’Organisation des Nations Unies (ONU) est profondément préoccupée après l’assassinat d’un deuxième journaliste en deux semaines au Cameroun. Selon le récit de notre confrère, le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU a dit être « profondément préoccupé » mardi par la sécurité des journalistes dans le pays. Selon le Haut-Commissariat, Jean-Jacques Ola Bebe, présentateur radio et prêtre orthodoxe, a été retrouvé mort le 2 février près de son domicile, dans le quartier de Mimboman, dans la capitale Yaoundé, apparemment abattu par des inconnus. Un meurtre qui intervient onze jours après celui d’Arsène Salomon Mbami Zogo, plus connu sous le nom de Martinez Zogo, journaliste de renom et directeur de la station privée Amplitude FM, retrouvé mort cinq jours après avoir été enlevé devant un poste de gendarmerie de la capitale camerounaise.

Le Journal La Patrie de Carole Tamba nous apprend en grande Une que les activités de Yango suspendues au Cameroun. Selon le journal, c’est à la faveur d’une décision du ministre des Transports, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe. Le membre du gouvernement, apprend-on, justifie cette décision par le non-respect, par la plateforme russe, de la législation régissant le transport routier au Cameroun, notamment la loi de juillet 2001 sur les professions de transporteurs routiers et d’auxiliaires de transports routiers. Une décision mal accueilli par les consommateurs dans un contexte où le prix du taxi connait une hausse. Les détails à lire dans le journal La Patrie.

Pour approfondir :   Cameroun : La revue de presse du lundi 9 août 2021

Dans les prochains jours, les tarifs du transport urbain devraient connaître une augmentation de 50 FCFA au Cameroun, c’est du moins ce que fait savoir Mutations dans sa parution de ce jour. Le journal explique que cette résolution a été prise au cours d’une concertation organisée le 7 février 2023 à Yaoundé, entre le gouvernement et les syndicalistes du secteur du transport routier. Dans le détail, le tarif du transport par taxi passera de 250 à 300 FCFA le jour, et de 300 à 350 FCFA la nuit. En interurbain, le prix du kilomètre devrait demeurer à 14 FCFA.

Sans Détour revient sur la même actualité. Dans ses explications, le journal fait savoir que la concertation tenue le 7 février 2023 entre le gouvernement et les responsables des syndicats de transporteurs routiers ainsi que des responsables des consommateurs a abouti à une nouvelle tarification du transport urbain et interurbain au Cameroun. De manière détaillée, lit-on, le tarif du transport par taxi en milieu urbain passera de 250 à 300 FCFA, et de 300 à 350 FCFA la nuit. « Pour ce qui est du transport interurbain, le prix du kilomètre devrait demeurer à 14 FCFA pour des personnes majeures. Ces mesures prendront acte avec un arrêté du ministre du Commerce qui viendra les officialiser », peut-on lire.

Pour approfondir :   Cameroun : La revue de presse du jeudi 27 octobre 2022

Cameroon Tribune annonce des arrivées et départs significatifs parmi les 104 hommes et 50 femmes titulaires issus des 10 partis politiques en lice pour les élections sénatoriales du 12 mars 2023. Les 22 listes de candidatures publiées par le Conseil électoral font ressortir des visages connus, des nouveaux candidats. Elles permettent également de relever certaines absences. Dans la région de l’Adamaoua par exemple, le titulaire, tête liste du RDPC, Oumarou Issa remplace Nana Ismaila, sénateur de la législature 2018-2023. Dans le Centre où Laurent Nkodo conduit la tête de liste du RDPC, l’on note les départs du Pr Albert Mbida, Naah Ondoa Sylvestre (décédé), Pongmoni Jean Marie, mais aussi l’arrivée des figures bien connues. C’est le cas du Pr Laurent Charles Boyomo Assala, ancien directeur de l’ESSTIC. Le quotidien à capitaux publics propose les portraits des différents candidats en lice.

Chers abonnés, merci d’avoir été des nôtres une fois de plus ce matin. À demain pour la dernière sortie de votre revue de presse.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

la fin pouramougou bessun qui se

Revivez le film de l’arrestation spectaculaire d’Amougou Bélinga

Bidjang Bikora insiste

Assassinat de Martinez Zogo : Sismondi Barlev Bidjocka demande la libération de Bruno Bidjang