in

La raison de la hausse des prix sur le marché selon Serge Espoir Matomba

MatombaEspoir

Le Secrétaire général du PURS a commis sur sa page Facebook ce 17 février 2021, une tribune dans laquelle il explicite les origines de l’inflation qu’on observe sur le marché camerounais depuis plusieurs jours.

MatombaEspoir
Serge Espoir Matomba (c) Droits réservés

Avant toute analyse et pour répondre aux inquiétudes de mes compatriotes, je préconise des mesures d’urgence pour stabiliser le prix de certains produits de première nécessité comme le pain, le riz, le lait, l’huile…

Si la situation s’aggrave, l’Etat doit renforcer le subventionnement des produits de première nécessité pour que les prix restent inchangés.  Il doit aussi accompagner tous les producteurs et transformateurs locaux. Car il doit être insupportable pour chacun de nous, que la hausse des prix fasse que des mamans au quartier soient obligées de faire dormir leurs enfants le ventre vide ou à peine rempli d’un peu de riz mélangé à quelques gouttes d’huile.  Mais, ces mesures fortes que j’appelle de mes vœux, ne peuvent pas qu’être temporaires et le fruit d’une solidarité soutenable pendant une période limitée.

Ma conviction c’est qu’il faut jouer à plus long terme sur une vraie hausse du pouvoir d’achat des Camerounais, de leur niveau de vie et parallèlement améliorer encore l’approvisionnement de nos villes qui concentrent un nombre toujours plus important d’habitants. Et soyons sans pitié pour les éventuels spéculateurs qui feraient gonfler à leur seul profit les prix de denrées alimentaires rendues inaccessibles pour le porte-monnaie de tant de Camerounais.

Mon analyse

Depuis quelque temps, le panier de la ménagère camerounaise a tendance à peser moins lourd pour le même nombre de francs CFA dépensés au marché.  Ce constat s’appuie notamment sur la hausse des prix des denrées alimentaires, marquée parfois par une instabilité ; citons par exemple le pain, où la baisse de la qualité du produit devient même une variable d’ajustement pour limiter la hausse de son prix.

Le poids de ces augmentations est d’autant plus douloureux que pour les ménages camerounais, la part de l’alimentaire dans l’indice des prix dans notre pays est, au moins de l’ordre de 30% et ce n’est qu’une moyenne. Plus le ménage est modeste, plus la hausse des dépenses de base d’alimentation mais aussi de santé vient rendre encore plus compliquées les fins de mois.

Si nous étions sur un plan global d’analyse de l’inflation et de ses mécanismes il nous faudrait naturellement inclure aussi différents éléments comme la hausse du prix des matières premières et d’autres paramètres économiques encore. Précisons également que s’il faut naturellement garder un œil sur l’inflation car, trop élevée, elle peut être mauvaise pour la croissance du pays.

Nous comptons sur nos brillants cercles économiques, publics et privés pour veiller sur la question. Pour moi, l’inflation doit donc être distinguée de l’augmentation du coût de la vie car elle ne prend pas en compte la variation des quantités achetées en réponse à l’évolution des prix. L’intervention des pouvoirs publics ne permet pas de contrôler facilement le coût de la vie, car il (le coût de la vie) dépend principalement de la demande et de l’offre de ressources dans une zone géographique donnée. Pour autant, l’Etat n’est pas condamné à l’inaction. Il peut agir en encadrant temporairement certains prix ou en aidant les plus fragiles, à passer les périodes difficiles. Il doit même le faire assez rapidement. 

Ce que nous ne devons pas aussi avoir peur de dire c’est que l’Etat subventionne déjà pas mal de produits de consommation directe pour les rendre plus attractifs et plus accessibles pour les petites bourses. Toutefois, les mécanismes de l’offre et de la demande, sont puissants. Si par exemple à Douala, les vendeurs de Plantain ont 10 000 régimes à vendre par jour et que la demande évolue (par l’évolution de la population ou la vente à des Pays voisins) et passe à 20 000 par jour, naturellement, le prix du Plantain augmentera et les régimes iront vers les plus offrants.  

Dans notre pays, l’enjeu se situe également au niveau du pouvoir d’achat. Face à une hausse des dépenses, il faut que les salaires et les allocations diverses pour aider la population, notamment les franges les plus fragiles, augmentent également.  Dans un pays qui se développe, si on paie mieux les agriculteurs, les salariés qui transforment les produits et les employés de tous les secteurs de l’économie, les coûts de production seront plus chers et la population, plus riche, consommera davantage.

De fait, les prix, mécaniquement, augmenteront y compris ceux des denrées alimentaires. Mais, cette amélioration du niveau de vie est nécessaire à une croissance saine de notre économie, si la hausse des prix est maitrisée, que les produits ne manquent pas et que la spéculation est combattue. Hélas au Cameroun ce cercle vertueux, signe d’une croissance partagée, d’évolution des salaires et d’augmentation maitrisée du coût de la vie tarde à exister…l’inflation de ces dernières heures sur nos marchés est aussi due aux conséquences non négligeables de la pandémie de Covid-19. Cette maladie a paralysé le monde entier et surtout l’économie mondiale. L’Afrique Subsaharienne qui dépend encore aujourd’hui des importations étrangères, en prend pour son grade. 

Le secteur de la logistique a été fortement impacté par Covid-19. Sans transport maritime, ni aérien, les ravitaillements ont été freinés dans pas mal de pays africains. L’industrie de transformation étant donc moins développée chez-nous, le handicap entraine des carences pour satisfaire la demande interne.

Le Cameroun doit prendre son indépendance économique. Je l’ai dit plus haut, accompagner les producteurs locaux, appuyer l’expansion des industries de transformation locale…Nous ne pouvons plus nous permettre, au 21ème siècle, de vivre que dis-je, de survivre au gré des caprices de laboratoires étrangers. Plus qu’une réaction du pouvoir de Yaoundé, nous attendons donc des mesures urgentes et fortes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

uterus artificiel

Face à la chute de la natalité dans le pays, la Chine développe des utérus artificiels humains

Faux medoc

Les nouvelles stratégies du Cameroun pour tordre le coup aux faux médicaments