in

La CENC condamne le massacre de Kumba et salue l’action de Mgr Klada dans la lutte contre le Covid-19

La 45e Assemblée plénière de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun (CENC) s’est ouverte à Yaoundé depuis le 3 novembre 2020.  Dans son discours inaugural, Mgr Abraham Kome, président en exercice de la CENC s’est penché sur les crises dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest voire la crise du Covid-19 au Cameroun.

Relativement à la crise sécuritaire que traverse les régions anglophones du Cameroun, le prélat s’est inscrit en faux contre « toutes formes de violence » dans cette partie du pays.

Il ne lui a pas échappé de revenir sur le récent massacre des élèves dans la ville de Kumba qui a couté la vie à 7 écoliers.  « Les vies de nos enfants ont été volées, inutilement supprimées. Exécuter un tel projet sur des innocents sans défense et porteurs d’avenir indique que l’on a atteint le degré le plus élevé de la perversion de l’intelligence humaine », s’est indigné Mgr Abraham Kome, avant de condamner ces actes « monstrueux » commis sur les élèves dans le département de la Mémé, région du Sud-Ouest. « C’est le lieu pour nous d’adresser à leurs proches nos condoléances les plus sincères et l’assurance de nos prières en faveur des disparus », a ajouté le prélat.

Sur la pandémie du Covid-19 du Covid-19 au Cameroun

La CENC est également revenue sur la pandémie du Covid-19 qui « a profondément impacté la marche du monde, induit de nouveaux comportements, affaibli les économies et provoqué la mort de milliers d’hommes et de femmes, au rang desquels, des compatriotes ». Au nom de la communauté des évêques du Cameroun, le président du CENC a complimenté l’implication et la contribution de Mgr Samuel Kleda, archevêque de Douala, dans la lutte contre cette maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Joseph Antoine Bell sur le conflit Fécafoot-LFPC : « Quand on a perdu une procédure, on se plie »

    Mme Abah Abah dit non au tribalisme entretenu par les leaders d’opinion et hommes politiques camerounais