in

Kate Djiaha : « Les femmes journalistes sont payées sur la base de leurs prouesses sexuelles au Cameroun »

kate djiaha

L’ancienne journaliste de la chaine de télévision privée Equinoxe TV, Kate Djiaha, jette le pavé dans la marre. Dans une publication sur sa page Facebook, la journaliste dénonce les pratiques auxquelles certains patrons de presse camerounais soumettent les journalistes de sexe féminin.  

kate djiaha
Kate Djiaha (c) Droits réservés

Kate Djiaha fortement remonté contre le harcèlement sexuel. Dans une tribune sur sa page Facebook intitulée « violence sexiste dans les médias, dans le cadre de la campagne 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes, elle écrit : « S’il y a quelque chose que l’affaire Martin Camus Mimb a révélé au grand public, c’est bien la malheureuse réalité de la chosification de la femme dans le monde des médias au Cameroun. Une réalité qu’on retrouve évidemment au-delà de nos frontières !  C’est un monde dans lequel la femme est humiliée par des aînés et des patrons qui ne pensent qu’à une seule chose : L’ASSOUVISSEMENT DE LEUR PLAISIR MALSAIN ! », révèle Kate.

Et de poursuivre : « Ils sont nombreux à avoir critiqué Martin alors qu’ils s’abreuvent à la même source! Les histoires de stagiaires harcelées, de personnel féminin transformé en objet sexuel, de présentatrices sans talent propulsées sur des plateaux d’envergure quand certaines, bien plus brillantes sont recaléesLes histoires de salaires fixés sur la base des prouesses sexuelles, de responsables de médias dont les bureaux sont transformés bordel, de missions « Hard-sex ».  En somme le genre de choses inavouables qu’on s’évertue à faire subir à la femme pour lui donner le droit de passer à la télévision, la radio, d’avoir quelques lignes dans un journal, un magazine ou un site web, au détriment de sa dignité ! Le comble c’est quand ils se retrouvent entre eux, en parlent et rigolent à gorge déployée devant un verre de Jack Daniel’s…Il faut que cela cesse ! », a-t-elle conclu.

La journaliste a toujours été une fervente militante dans les histoires qui touchent aux droits des femmes. L’ancienne présentatrice de l’émission « Regard Social », s’est envolée il y a quelques mois vers le Canada pour rejoindre son mari et son fils. On se souvient de son courage lorsqu’elle a annoncé avoir été victime d’un viol à l’âge de 6 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

aide publique dvlpt

Des chercheurs camerounais évaluent l’aide publique au développement

Denisaro

Election à la Fécafoot : Jules Denis Onana ne s’est pas encore rallié à Samuel Eto’o !