in

Jean Lambert Nang vole au secours du jeune DG de l’ENAM : « On ne peut condamner une personne au seul tort de sa jeunesse »

Jean Lambert Nang vole au secours du jeune DG de l’ENAM : « On ne peut condamner une personne au seul tort de sa jeunesse »

Dans une tribune publiée sur sa page Facebook intitulé « oui, jeunesse peut », le journaliste protège le jeune DG de l’Enam, Soumbou Angoula voue aux gémonies par une certaine jeunesse sur les réseaux sociaux. L’ancien journaliste de la CRTV, aujourd’hui en fonction au ministère de la communication pense que les camerounais rament à contre-courant en termes de contradiction dans leur aspirations.


Jean Lambert Nang vole au secours du jeune DG de l’ENAM : « On ne peut condamner une personne au seul tort de sa jeunesse »
Jean Lambert Nang – DR

OUI, JEUNESSE PEUT…

C’est quoi ce peuple frivole et volage qui, tel un papillon, butine d’une fleur à l’autre, d’une idée à l’autre, sans constance. Au gré du vent?

Le voici qui se plaint que les vieillards ont envahi tous les postes de gouvernement et de gestion du pays. Or dès que le président de la république, qui lui-même se vit mettre le pied à l’étrier, au plus fort de sa verdure, nomme un jeune à la quarantaine bien ambitieuse, Directeur général, voilà les mêmes qui crient au scandale et qui vouent la jeunesse aux gémonies.

Nous semblons tous oublier, pour ceux qui ont travaillé dans quelque administration, que nous avons tous débuté à la fleur de l’âge, à l’heure où nous brûlions de la forte et ferme envie de “casser la barraque” et de changer le monde. Car en effet, la jeunesse peut manquer de toute autre vertu mais pas de celle de vouloir faire bouger les lignes. Cette démesure et cette idée que l’on peut tout changer par sa seule volonté et son ardeur au travail est souvent à l’origine des conflits avec les aînés, plus à l’aise avec la marche de la tortue…

On ne peut condamner une personne au seul tort de sa jeunesse. Il n’y a aucune prédestination à l’échec parce qu’on est jeune. Les exemples sont légions de jeunes qui ont changé la face de leur pays, voire celle du monde. Et le Cameroun ne saurait en être exempté. Lorsque Dieu oint, il capacite et quiconque veut réussir doit lui rester fidèle, le consulter avant toute prise de décision qui engage le destin national.

L’Enam, en effet, traîne une sulfureuse réputation qu’il n’est point besoin d’exposer ici. Le premier défi de son jeune Directeur général est d’inverser la courbe des opinions négatives. Ce sera déjà cela de gagné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Selon le MINAC, le concept Miss Cameroun n'a jamais été protégé à l'OAPI

    Selon le MINAC, le concept Miss Cameroun n’a jamais été protégé à l’OAPI

    hubert-mono-djana.png

    Hubert Mono Ndjana : « la suspension de Vision 4 pourrait occasionner un soulèvement populaire »