in

Jean-Lambert Nang « Samuel Eto’o a la gueule de l’emploi pour conduire la Fécafoot vers un tout autre destin »

JL Nang

Le journaliste sportif émérite s’est prononcé sur l’élection à la présidence de la Fécafoot qui aura lieu dans quelques jours. Pour lui, bien que Samuel Eto’o ait le profil adéquat pour relever cette instance, la corruption « à nulle autre pareille » qui y règne pourrait bien avoir raison de lui. Lebledparle.com vous livre ci-dessous, l’intégralité de la chronique de Jean-Lambert Nang, parvenue à notre rédaction ce lundi matin.

JL Nang
Jean-Lambert Nang (c) Droits réservés

Je suis pressé de toutes parts, que ce soit par des proches des aficionados ou des personnes que je rencontre dans la rue, de donner mon sentiment sur l’élection qui se prépare à la Fédération camerounaise de Football.

J’ai beau répondre que j’ai fait le deuil des choses qui ont trait à la Fécafoot et tiré définitivement le rideau sur cette association qui m’a valu la rédaction de tout un livre coup de gueule (il m’en reste quelques exemplaires) sur ses pratiques, les demandes sont insistantes.

Alors je vais me départir de ma réserve initiale et dire que, de ma petite expérience des hommes qui se sont succédés à la tête de la maison de Tsinga, il y a un réel besoin de sang neuf. Mais quel serait cet oiseau rare qui viendrait détruire le lourd héritage de gabegie et d’incurie qui a caractérisé la Fécafoot de ces 30 dernières années ?

Seydou Mbombo Njoya qui se représente ne garantit guère un avenir prospère à notre football, tant son délabrement est avancé et qu’il y a contribué énormément lui-même; le plus grave de ses manquements étant de ne pouvoir organiser de championnat au pays des Lions indomptables à la veille d’une Can.

De même, il a participé à toutes les manœuvres qui ont déstabilisé notre sport roi au point d’en faire la risée de tout le monde : l’épisode de sa querelle inopportune avec le président de la Ligue est des plus révoltants.

Que dire des autres candidats ? Parmi eux se trouvent trois anciens footballeurs qui chacun à son niveau, a servi le Cameroun et l’a porté sur les podiums internationaux.

On se serait attendu à une mutualisation des forces, une espèce de coalition entre les trois, pour témoigner de leur unité et de leur solidarité de corps. Que nenni ! les trois mousquetaires ont décidé de faire dans le loup solitaire.

Pour moi un duo pourrait bien surgir de ce trio : un ticket Eto’o/Onana, qui a le privilège de la complémentarité si ce n’est de la complétude.

Quoique l’on dise et tout compte tenu de ses frasques d’enfant pourri de Mvog-Ada et de New-Bell, comme il s’en revendique, Samuel Eto’o a la gueule de l’emploi pour bien conduire la Fécafoot et lui dessiner un tout autre destin. Mais il y a des préalables : comme de se dépouiller de cette image égoïstement qui lui colle à la peau, de toujours penser à attirer toute la lumière à lui. Ce qui n’est pas le propre d’un bon manager. Il est déjà lumière par sa carrière fort réussie, son nom qui brise les barrières et ouvre les portes même les plus hermétiquement closes.

Pour toutes ces raisons, je verrais bien Eto’o président. Je crois que lui-même nourrit cette conviction-là. Il charrie tellement d’espoirs, par sa fortune et sa plastique que dans une élection normale, il passerait sans problème.

Mais attention ! Le football camerounais est un antre d’une corruption à nulle autre pareille ! L’extrême corruptibilité des délégués de toutes parts est un paramètre à prendre en compte et sur lequel il faut garder les deux yeux grandement ouverts.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Eto Song

Elections à la Fécafoot-Rigobert Song : « Samuel Eto’o est la personne idéale »

essom dieudonnn 780

Dieudonné Essomba « J’aurais aimé voir Eto’o à la présidence de la Fécafoot mais, il fait preuve d’immaturité »