in

Ghana : Des députés se bagarrent au parlement à propos de la taxe sur les transactions électroniques

1024x538 cmsv2 7eb6f1e1

En fin de journée lundi 20 décembre 2021, une bagarre a éclaté au Parlement ghanéen. Les députés débattaient alors d’un projet de taxe sur les transactions électroniques, un sujet houleux, qui divise le Parlement depuis de nombreuses semaines.

1024x538 cmsv2 7eb6f1e1
Scène de bagarre au parlement ghanéen (c) Droits réservés

Des députés ghanéens se sont venus aux mains au Parlement lors d’une session nocturne sur une taxe controversée proposée par le gouvernement sur les transactions électroniques. Après les bousculades, des coups de poing ont été échangés entre députés de l’opposition et ceux du parti au pouvoir.

Tout a commencé lorsque les députés du parti du Congrès national démocratique (NDC), opposition, se sont précipités pour empêcher le vice-président Joseph Osei Owusu, qui présidait la cession, de quitter son siège pour mettre son bulletin dans l’urne.

Pour approfondir :   Belgique : Pour avoir affiché «Jésus je t’aime» après un but, un joueur africain reçoit un carton rouge

Après les bousculades pour l’empêcher de voter, des coups de poings ont été échangés entre des députés poussant à l’ajournement de la séance en raison du désordre.

La proposition du gouvernement vise à appliquer un prélèvement de 1,75% sur les transactions électroniques, y compris les paiements par téléphone mobile. Défendu par le ministre des Finances Ken Ofori-Artta, celui-ci avance que cette taxe va générer une recette supplémentaire de 6,9 milliards de crédits ghanéens, soit 1,15 milliard de dollars au titre de l’exercice fiscal 2022. Le vote de la procédure d’urgence a été reporté au 18 janvier.

Pour approfondir :   Soudan du Sud : Les Etats Unis hausse le ton envers Riek Machar et Salva Kiir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CF Cyrille Serge Atonfack Guemo 5

[Tribune] : Cameroun : De grands challenges pour 2022

Bibor

André Luther Meka : « La condamnation des militants du Mrc est une mesure de clémence, une magnanimité du gouvernement »