in

France : Comment Christophe Castaner compte lutter contre l’islamisme

1024px Christophe Castaner 2016

Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur part en croisade contre l’islamisme. Selon le premier flic de France, l’islamisme est un phénomène très dangereux pour l’Islam qui une religion fondée sur de nobles valeurs. C’est ainsi que le locataire de la place Beauvau a organisé tout récemment un séminaire qui a regroupé 125 préfets et préfets adjoints à la sécurité ou à l’égalité des chances pour trouver les voies et moyens afin de lutter contre l’islamisme et le communautarisme.


1024px Christophe Castaner 2016
Christophe Castaner (c) Droits Réservés

A noter que d’autres membres du gouvernement étaient présents à ce séminaire, on peut citer notamment Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Education nationale, Nicole Belloubet, ministre de la justice ou encore Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’égalité entre les hommes et les femmes. Christophe Castaner a donc demandé aux préfets de mettre en place un certain nombre d’actions sur le terrain comme les contrôles et les sanctions au sein des lieux connus pour des atteintes graves au pacte républicain.

Pour approfondir :   Calixthe Beyala vole au secours de Kylian Mbappé victime d’insultes racistes depuis son pénalty raté

Castaner juge que ce processus est primordial et qu’il faut tout mettre en oeuvre pour qu’il aboutisse. Au cours du séminaire, des recommandations ont été mis sur la table. Les préfets ont reçu quitus d’appliquer avec rigueur le code juridique dans tous les formats possibles. Cela va de la législation du travail, à celle de la réglementation contrôlant les débits de boissons. les lois contre les discriminations et les atteintes à l’égalité femmes-hommes seront aussi enclenchées. 

Castaner a une nouvelle fois souligné que l’islamisme représente le pire ennemi de l’islam. Le ministre de l’Intérieur demandera aux préfets de mettre en place une cellule départementale qui va se charger de piloter le processus et qui va associer l’ensemble des forces vives.«L’heure n’est plus aux pudeurs et aux faux semblants. L’islamisme était un projet politique antidémocratique, antirépublicain, un contre-projet de société» a laissé entendre Christophe Castaner qui ajoutera qu’il faut cibler davantage les jeunes des quartiers sensibles qui peuvent se radicaliser rapidement.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bb et Pek scaled

Cameroun : Paul Eric Kingue et Boris Bertolt s’intimident sur les réseaux sociaux

40570094403 0433cfb030 b

Terrorisme en Afrique de l’Ouest : Et si l’OTAN intervenait ?