in

Elimbi Lobé à l’opposition : « gagnons au moins 91 sièges de députés pour pouvoir gouverner avec le président BIYA »

Elimbi Lobé à l’opposition : « gagnons au moins 91 sièges de députés pour pouvoir gouverner avec le président BIYA »

Dans une publication circulant sur les réseaux sociaux depuis le samedi 25 mai 2019, Abel Elimbi Lobé propose à la communauté de l’opposition camerounaise, une nouvelle offre politique pour renverser le régime trentenaire de Yaoundé qui a l’intention de se renouveler et se perpétuer. Le lancement de KAWTAL va avoir lieu le 31 mai prochain dans un hôtel à Douala.


Elimbi Lobé à l’opposition : « gagnons au moins 91 sièges de députés pour pouvoir gouverner avec le président BIYA »
Elimbi Lobé et Paul Biya – Mtg

Pour l’ancien militant du SDF, le cadre légal républicain, c’est le parlement. Et comme tel, il est questions de gagner les législatives pour pouvoir prendre d’assaut le parlement. « Au lieu de nous laisser distraire par des appels à des manifestations inutiles et dangereuses parce que interdites, au lieu de nous laisser embarquer dans des activités politiques conçues pour mettre en perspective une ethnie au risque de l’opposer aux autres ethnies qui n’envisagent pas que la lutte du peuple du changement soit une lutte d’une ethnie contre une autre qu’on dit abusivement au pouvoir, PRÉPARONS LES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES ET MUNICIPALES DE 2019. ELLES SONT DÉJÀ LÀ ! », écrit le conseil municipal de Douala 5.

L’homme politique pense que c’est l’union des forces de l’opposition qui permettrons de battre la machine RDPC. Il ne faut donc pas disperser les possibilités de gagner en multipliant les candidatures inutiles. « Ne laissez pas que ces nouveaux convertis à notre longue lutte pour le changement, nous mènent encore vers d’autres échecs alors que nous savons de façon claire et précise ce qui cause nos échecs à répétition et sans répit : LA PROLIFÉRATION DES CANDIDATURES ET LA DISPERSION DE NOTRE VOTE, LE VOTE DU CHANGEMENT », ajoute Elimbi Lobé.

La plate-forme KAWTAL a pour ambition de contrôler la chambre basse du Cameroun. « Organisons-nous pour gagner au moins 91 sièges de députés pour pouvoir gouverner avec le président BIYA dans une cohabitation qui respectera ses prérogatives constitutionnelles alors que de nouveaux acteurs issus de la nouvelle majorité seront chargés de mettre en application la politique de la nation définie par le chef de l’État », poursuit-il.

Elimbi Lobé à l’opposition : « gagnons au moins 91 sièges de députés pour pouvoir gouverner avec le président BIYA »
KAWTAL – CAPTURE PHOTO

Ci-dessous, l’intégralité de la communication d’Elimbi Lobé.

LA STRATÉGIE ÉLECTORALE D’UNION SE MET EN PLACE.

À MOINS DE 60 JOURS DE LA CONVOCATION DU CORPS ÉLECTORAL, L’OPPOSITION QUI VEUT ÉVINCER DÉMOCRATIQUEMENT LE RÉGIME À DÉSORMAIS SA STRATÉGIE.

L’opportunité est désormais présentée à l’opposition camerounaise de continuer la lutte non plus pour renverser le président BIYA qui vient de gagner l’élection présidentielle, mais en prenant le gouvernement par une victoire aux élections législatives de cette année. L’opposition a perdu l’élection présidentielle mais il lui reste la possibilité de gouverner et de faire les réformes que le PEUPLE DU CHANGEMENT appelle de tous ses vœux. Si l’opposition remporte une majorité à l’Assemblée nationale, elle sera en droit, avec tacte et habileté, de demander à former un gouvernement qui aura pour principale mission de faire les réformes qui devront structurer le consensus politique nationale pour que plus jamais le pays ne se déchire sur la constitution, le code électoral, Elecam, le Conseil constitutionnel et que sais-je encore.

Nous ne devons pas nous tromper sur ce qu’il y à faire.

1-l’heure n’est pas aux incantations sur l’organisation d’un dialogue car le président BIYA a été clair avec le peuple camerounais : dans son discours à la nation du 31 déc 2017 alors que le dialogue n’était pas encore à la mode, le président BIYA a indiqué que: « Le dialogue, je le précise bien, à toujours été et restera toujours pour moi, la voie privilégiée de résolution des problèmes, POUR AUTANT QU’IL S’INSCRIVE STRICTEMENT DANS LE CADRE DE LA LÉGALITÉ RÉPUBLICAINE.».

Vous avez bien lu ?

Vous avez bien entendu ?

Vous avez bien compris ?

Le dialogue doit s’inscrire STRICTEMENT, STRICTEMENT, STRICTEMENT dans un cadre, celui de la LÉGALITÉ RÉPUBLICAINE.

Un adage dit que : « ce n’est pas parce que tu n’aimes pas le lièvre que tu vas dire qu’il ne courte pas ».

Peuple du changement !

Même comme nous voulons changer le président, écoutons ce que dit le président BIYA car c’est lui le chef de l’État.

Il dit STRICTEMENT ! Cela veut dire quelque chose. Cela veut dire que : il y a un seul cadre pour un dialogue.

Il dit L’ÉGALITÉ RÉPUBLICAINE ! Cela veut aussi dire quelque chose. Cela veut dire que le dialogue doit se tenir dans un cadre prévu par la loi de la République du Cameroun. Pas la loi de la télé, pas la loi du tintamarre politico-médiatique.

Quel est donc ce cadre légal ?

PEUPLE DU CHANGEMENT, Sachons-le, ce cadre légal c’est LE PARLEMENT ET LE GOUVERNEMENT.

L’heure est donc aux élections législatives.

Au lieu de nous laisser distraire par des appels à des manifestations inutiles et dangereuses parce que interdites, au lieu de nous laisser embarquer dans des activités politiques conçues pour mettre en perspective une ethnie au risque de l’opposer aux autres ethnies qui n’envisagent pas que la lutte du peuple du changement soit une lutte d’une ethnie contre une autre qu’on dit abusivement au pouvoir, PRÉPARONS LES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES ET MUNICIPALES DE 2019. ELLES SONT DÉJÀ LÀ!

PEUPLE DU CHANGEMENT, NOUS AVONS DÉJÀ ÉCHOUÉ SEIZE FOIS AUX ÉLECTIONS.

Nous avons échoué à toutes les élections qui ont été organisées dans ce pays.

En allant à l’élection présidentielle, je vous ai dit que le RDPC n’est pas une simple feuille de papier posée sur une table, et qu’un petit souffle fera tomber. Unissons-nous !

Les opposants de la 25ème heure, les sabitout, ces impénitents de la division nous ont fait perdre en nous imposant une multitude de candidats farfelus dont beaucoup ne voyaient leur force que dans leur ethnie autoproclamée ethnie la plus ceci, la plus cela.

Nous voilà dans le seizième échec.

Ne laissez pas que ces nouveaux convertis à notre longue lutte pour le changement, nous mènent encore vers d’autres échecs alors que nous savons de façon claire et précise ce qui cause nos échecs à répétition et sans répit : LA PROLIFÉRATION DES CANDIDATURES ET LA DISPERSION DE NOTRE VOTE, LE VOTE DU CHANGEMENT.

UNISSONS-NOUS !

UNISSONS-NOUS DONC pour avoir, autant faire ce peut, une liste de l’opposition devant chaque liste du RDPC.

Il n’y a pas 36 000 façon de faire pour éviter l’éparpillement des votes du changement.

Voilà LA PLATEFORME KAWTAL !

KAWTAL, un mot de chez nous, un mot foulbé, pour dire, UNION, UNITÉ.

Organisons-nous vite ! nous sommes pris par le temps. Organisons-nous pour mettre dans chaque circonscription électorale une liste de consensus, une liste d’union, UNE LISTE KAWTAL, une liste qui rassemble les candidats venant de chaque parti politique présent dans la circonscription, une liste qui est ouverte aux personnes venant de la société civile et des syndicats, des personnes qui viendront enrichir le champ politique de l’opposition qui manque gravement de ressources humaines.

VOILÀ LA PLATEFORME KAWTAL dont le lancement solennel aura lieu à Douala le vendredi 31mai 2019 à l’hôtel SOMATEL de Bali à partir de 14 h.

Voilà la stratégie électorale qu’il nous faut pour montrer à notre peuple que nous pouvons nous surpasser et placer au-dessus de nos soucis de positionnement, l’intérêt du peuple du changement.

Le peuple du changement ne cherche pas le leader de l’opposition, il cherche l’éviction du régime du président BIYA.

Le peuple du changement veut le changement.

Il ne veut pas les Sawa au pouvoir, il veut le changement de l’ordre politique.

Il ne veut pas les bamoun au pouvoir, il veut un nouvel ordre politique qu’amèneront les réformes que la nouvelle majorité à l’Assemblée nationale pourra faire.

Organisons-nous pour gagner au moins 91 sièges de députés pour pouvoir gouverner avec le président BIYA dans une cohabitation qui respectera ses prérogatives constitutionnelles alors que de nouveaux acteurs issus de la nouvelle majorité seront chargés de mettre en application la politique de la nation définie par le chef de l’État.

* KAWTAL c’est donc des hommes et des femmes qui admettent PAUL BIYA comme le président élu par le peuple camerounais.

* KAWTAL c’est une stratégie électorale qui rassemble les hommes et les femmes qui ne veulent pas renverser les institutions par un complot international contre le Cameroun.

* KAWTAL c’est une unité d’action des partis politiques de l’opposition, des militants de l’opposition, des syndicats et des personnes physiques qui n’appartiennent pas au carcan des partis politiques, qui passent ENTRE-EUX un ACCORD POLITIQUE qui organise la mise en commun des candidats dans les listes de candidats aux élections législatives et municipales pour envisager de prendre le contrôle du gouvernement et gouverner avec le président BIYA.

* KAWTAL ce sont des candidats venant de plusieurs horizons et qui se donnent un programme harmonisé dit PROGRAMME MINIMUM DE TRANSITION pour éviter une prolifération de programmes, 10 milles discours qui se ressemblent comme des gouttes d’eau mais que les gens refusent d’unifier et harmoniser pour éviter une cacophonie politique dans laquelle le PEUPLE DU CHANGEMENT se perd.

La lune vous est donc présentée!

Au lieu de la regarder, les mauvais opposants en quête de position de leader de l’opposition, regarderons le doigt qui montre la lune jusqu’à ce que le peuple du changement échoué pour les 17 ème et 18 ème fois et que le régime du président BIYA survive encore.

Voilà l’unité qui vous est proposée!

Que les égoïstes qui veulent tout pour leur tribu prennent la parole pour dire le mal que l’Union leur fait et le bien qu’ils tirent dans les aventures tribalistes, individuelles et solitaires qui nous ont toujours fait échouer aux élections.

Les élections n’appartiennent donc pas aux partis politiques, elles appartiennent au peuple : elles sont l’occasion que le peuple a de choisir ses représentants qui iront dans ce fameux dialogue, pour décider de la constitution, du code électoral, de ELECAM, de la durée du mandat présidentiel et même des autres mandats, de la composition du conseil constitutionnel, de la nomination des sénateurs, de la HAUTE COUR DE JUSTICE, de la communauté urbaine etc. Il n’est pas question que le peuple du changement perde ces élections législatives et municipales qui viennent dans un contexte particulier car le peuple du régime ne doit pas être le seul à décider.

QUE DIEU BÉNISSE CETTE OFFRE POLITIQUE Qui sera présentée au PEUPLE DU CHANGEMENT ce vendredi 31 MAI à DOUALA. LE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Sud-ouest : Paul Ayah Abine échappe à la mort et relate une scène d’horreur

    Sud-ouest : Paul Ayah Abine échappe à la mort et relate une scène d’horreur

    Nord-ouest : Les séparatistes attaquent le convoi de la dépouille du journaliste Mac-Chi

    Nord-ouest : Les séparatistes attaquent le convoi de la dépouille du journaliste Mac-Chi