in

Ebolowa : L’espoir renaît à la Maison de la Femme

IMG 1951

Le marché de l’emploi du sud vient de s’enrichir d’une nouvelle cuvée de professionnels prêt à servir dans différents domaines des secteurs formels et informels.

IMG 1951
Ebolowa (c) Lebledparle

Après 1 an de formation au Centre de Promotion de la Femme et de la Famille (CPFF) d’Ebolowa que dirige Mme Mvondo Atsame Marie Rose epse Akono, la cuvée 2019, 50 lauréats dont 49 filles et 1 garçon , aura bravé les épreuves de la théorie, de la pratique et surtout gouté aux stages en entreprises avant de recevoir des mains du Sous-préfet d’Ebolowa Ier et du Délégué Régional de la Promotion de la Femme et de la Famille du sud, le précieux sésame de fin de formation.

Ils ont été formé en : esthétique et coiffure,  hôtellerie et restauration, secrétariat bureautique, couture et décoration.

Pour une partie de ces apprenants, le cursus scolaire ordinaire n’offrait plus de garantie d’un lendemain sûr, pour d’autres, c’est la famille qui se trouvait à court de moyens et ne pouvait plus  continuer à supporter les charges de longues études, et pour le reste enfin, c’est pris dans l’étau de la vie active et les charges qui l’accompagnent qu’il faut aller chercher les raisons : jeunes filles mères et célibataires, enfants sous scolarisés, femmes au foyer sans revenus…etc

Pour approfondir :   Le projet de réhabilitation de la route Edéa-Kribi en stand-by depuis 5 ans

Pour le Sous-préfet d’Ebolowa Ier, Elvis Akondi : « les efforts du Centre sont à encourager, il vient de redonner l’espoir à une cinquantaine de jeunes sur qui les familles et peut-être la société ne comptaient plus. Ces lauréats sont désormais capables d’exercer un métier et même d’en créer grâce à leurs différentes formations ».

Parmi les lauréats, certains au cours de leurs stages en entreprises ont eu la grâce de décrocher directement des emplois stables ; pour les autres, la route balisée, l’emploi direct ou l’auto-emploi suivra certainement dans les jours à venir.

Pour approfondir :   Cameroun :  Comment le gouvernement entend sauver la filière tomate en détresse

Quoiqu’il en soit, avec cette cuvée nous pouvons partager cette vérité : « fait bien l’école aujourd’hui, et l’école te fera du bien demain ».


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

IMG eto

Samuel Eto’o veut embrasser une carrière musicale ?

Le 10 decembre 20192

Cameroun : La revue de presse de ce mardi 10 décembre 2019