in

Des têtes humaines dans le réfrigérateur d’un footballeur ghanéen

Ghana Back stars

Le footballeur et commentateur sportif Richard Gyamfi alias Fire a été arrêté par la police ghanéenne à Sunyani après la découverte de trois têtes humaines dans son réfrigérateur, a appris Lebledparle.com.

Ghana Back stars
Equipe ghanéenne (c) Image d’llustration

 

La confirmation est venue de la sérieuse radios Sky FM, la découverte macabre a été effectuée par la police suite à une descente chez le footballeur après qu’il a nié avoir été en contact avec le jeune de 13 ans Louis Agyemang qui s’avèrera être sa dernière victime. Notons que les forces de l’ordre enquêtaient sur la disparition de l’adolescent depuis un bon bout de temps.

La perquisition du domicile de Richard Gyamfi a permis de mettre la main sur un sac contenant des restes de plusieurs corps humains et du sang.

Pour approfondir :   Les Libyens sont autorisés à glorifier Kadhafi

D’après le père de l’adolescent, Richard aurait attiré son fils Louis du parc de la mairie de Sunyani vers sa chambre et l’aurait assassiné. La victime était au parc pour des entrainements de football et n’est plus rentrée à la maison. Le suspect aurait été battu avant d’être remis à la police de Sunyani Abesim. Une perquisition par la police a permis de découvrir des parties de corps d’êtres humains dans un sac. Dans son frigo, il y avait trois têtes humaines dont celle de Louis Agyemang. La police d’Abesim l’a remis au commandement de la police régionale de Bono pour complément d’enquête.

Pour approfondir :   Comment le président Ghanéen est-il mort ?

En attendant la suite des enquêtes, tous les restes humains ont été déposés à la morgue et pour le moment, les autres victimes n’ont pas encore été identifiées.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nkom Mimb

Me Alice Nkom sur l’affaire Mimb : «Je n’ai jamais appris qu’un rapport sexuel entre un homme et une femme qui sont d’accord est un délit»

Camer Enfants

[Opinion] : « Au Cameroun, une nouvelle mode consiste à chercher son père sur les réseaux sociaux »