in

Crise anglophone : Suite à l’assassinat des militaires, Paul Biya prévient « il est de mon devoir de de punir les coupables »

Paul Biya, président du Cameroun
Paul Biya, président du Cameroun

Alors que la crise anglophone perdure au Cameroun comme le démontre l’assassinat récent de militaires mandatés pour le maintien de la paix dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le président du Cameroun Paul Biya a tenu à adresser un message au peuple camerounais et aux sécessionnistes…

Paul Biya, président du Cameroun
Paul Biya, président du Cameroun (c) Lebledparle.com

 Le président camerounais a en effet profité du déjeuner offert au Palais de l’Unité en l’honneur de Patricia Scotland,  la Secrétaire générale du Commonwealth pour se montrer catégorique. La  responsable était arrivée la veille pour une visite qui devrait durer cinq jours.

Rappelant que le Cameroun est engagé dans l’extrême-Nord, Paul Biya a eludé sur la lâcheté des auteurs des attaques en précisant  «c’est le moment qu’ont choisi des extrémistes pour attaquer et assassiner des membres des forces de l’ordre isolés, au nom d’une organisation terroriste se réclamant d’objectifs clairement sécessionniste». 

Pour approfondir :   Cameroun : Peter Mafany Musonge démissionne du Sénat

Lebledparle.com vous dresse quelques autres extraits de ce discours : 

«Garant des institutions, selon notre Constitution, et en particulier de l’unité nationale, il est de mon devoir de rétablir l’ordre et de punir les coupables de ces assassinats»

«J’ai toujours pensé en effet que le bilinguisme et le multiculturalisme sont des atouts exceptionnels pour notre pays, en ce qu’ils nous permettent d’avoir accès à deux grandes cultures et de dialoguer, dans leurs langues, avec un grand nombre de pays, spécialement en Afrique. Je suis convaincu que l’immense majorité des Camerounais partage ce point de vue. C’est pourquoi je persisterai à rechercher des solutions de nature à conforter notre unité nationale»

Pour approfondir :   Charlotte Dipanda désignée présidente du Jury du Prix découverte RFI 2018

Une prise de parole stratégique de Paul Biya qui profite de la présence de Patricia Scotland pour montrer qu’il dispose d’un soutien international. Après plus d’un an d’échafourées et de bain de sang, le gouvernement camerounais n’a pas encore trouvé de solution pour mettre définitivement fin à la crise anglophone. De leur côté les opposants du régime continuent de clamer une reprise des négociations et s’indigne devant l’arrêt de Patrice Nganang.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Marvine Nzepang Tankwa

Une Camerounaise lauréate de l’édition 2017 du Concours international Ellesgorithme

Me Emmanuel Simh

Pour Me Simh: « Ceux qui ont arrêté Nganang n’ont même pas le sens de l’humour et de la lecture des choses au second degré »