in

Christian Bomo Ntimbane : « Les journalistes ne sont pas interdits de relater le déroulement des procédures judiciaires »

L’Avocat camerounais a commis un texte le mercredi 1er mars 2023, après le communiqué du ministère de la communication relative au traitement de l’actualité sur l’affaire Martinez Zogo. Le juriste prend le contre-pied du ministre de la communication pour dire que les journalistes ne sont pas interdits de commenter ou relater des procédures judiciaires.

Me Christian Bomo Ntimbane

Lebledparle.com vous propose le texte intégral

Culture Juridique : Le Gouvernement Et Les Journalistes Ne Sont Pas Tenus Au Secret De L’enquête Et Ne Sont Pas Interdits De Relater Une Procédure Judiciaire.

Je viens de lire le communiqué du ministre de la communication au sujet de l’affaire Martinez ZOGO, et dans lequel il essaie de justifier la curieuse absence de communication officielle dans la phase décisive de cette affaire qui mobilise l’opinion publique.

Certaines démonstrations juridiques sur l’information du public sur les procédures judiciaires y contenues, sont juridiquement inexactes notamment sur le respect du secret de l’enquête qui s’imposerait au gouvernement ou encore sur l’interdiction faite aux médias de relater le déroulement de la procédure en cours.

Il y a lieu de rappeler que :

1- Selon les dispositions de l’article 102 du code de procédure pénale seules les personnes intervenant comme PROFESSIONNEL dans une enquête préliminaire sont tenues au secret.

Pour approfondir :   La Fecafoot rend un vibrant hommage à l'ancien sélectionneur des Lions indomptables Artur Jorge

Il s’agit des officiers de police judiciaire, des Avocats, des experts sollicités dans le cadre de l’enquête visée.

Le gouvernement ou les journalistes n’étant pas des acteurs professionnels sollicités pour instrumenter dans cette enquête préliminaire ne sont pas tenus au secret.

Ils peuvent donc valablement informer le public sur le déroulement de l’affaire Martinez Zogo.

Il s’agit d’un droit à la communication consacré par la constitution camerounaise en son préambule, ayant force contraignante.

2- Les journalistes ne sont pas interdits de relater le déroulement des procédures judiciaires.

Pour approfondir :   Cavaye Yeguié Djibril suspend le député Gaston Komba de ses fonctions de Secrétaire général de l’Assemblée nationale

Ce sont les commentaires malveillants, erronés visant à déformer la réalité des faits d’une procédure judiciaire, dans le but de manipuler l’opinion qui sont sanctionnés. D’où leur qualification de commentaires tendancieux par l’article 169 du code pénal.

Encore que d’après la jurisprudence, ne sauraient être constitutives de commentaires tendancieux, les informations erronées données par un journaliste et qui aura fait un démenti.

Christian Ntimbane Bomo

Société Civile des RECONCILIATEURS.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

la revue de presse

La revue de presse camerounaise du jeudi 2 mars 2023

Actualités

Dieudonné Essomba : « Les accusés ne sont pour rien dans le meurtre de Martinez Zogo »