in

Christian Bomo Ntimbane : Au Cameroun, « on continue former les hommes en tenue à la brutalité coloniale »

Me Christian Bomo Ntimbane

L’Avocat sur compte Facebook le mercredi 05 septembre 2022 a réagi à l’actualité concernant l’artiste Blanche Bailly sur une affaire de Frigo volé. Il fustige l’attitude des hommes en tenue qui sont venus l’interpeller.

Ci-dessous, le texte intégral.

Pourtant il existe un code de procédure pénale au Cameroun qui régule de manière précise et bien détaillée les conditions d’interpellation des personnes.

Malheureusement, ceux qui sont appelés à le respecter sont ceux qui le violent allègrement au quotidien à savoir les magistrats, les officiers et agents de police judiciaire.

En outre relativement aux hommes en tenue, ils ont un problème de formation. On  continue à les former à la brutalité coloniale.

Pour preuve l’exécution de grossières chansons deshumanisantes et immorales qui les bestialisent lors de leurs formations.

On se souvient, il y a quelques années de ces jeunes recrues féminines auxquelles, on demandait de simuler une relation sexuelle en plein air.

Un agent des forces de défense et de sécurité formé dans l’irrespect des valeurs humaines ne respectera jamais le droit qui est le cadre normatif de ses valeurs.

Christian Ntimbane Bomo

Société Civile des RECONCILIATEURS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Capture

    Cameroun : La revue de presse du mercredi 5 octobre 2022

    Blanche Bailly

    Blanche Bailly : « J’ai toujours entendu parler de brutalités policières. Malheureusement aujourd’hui, j’en suis témoin. »