in

Chantal Roger Tuile à Paul Biya : « Très cher Grand-Frère, ne nous laissez pas assassiner »

Chantal Roger Tuile à Paul Biya : « Très cher Grand-Frère, ne nous laissez pas assassiner »

Le directeur de publication du journal La Tribune de l’Est a adressé ce lundi 4 mars 2019 une correspondance au chef de l’État, dans laquelle il souhaite l’intervention de ce dernier dans l’affaire qui l’oppose au directeur de la CNPS, Mekulu Mvondo Akame.

Chantal Roger Tuile à Paul Biya : « Très cher Grand-Frère, ne nous laissez pas assassiner »
Mekulu Mvondo et Roger Tuile – DR

 Alors que Chantal Roger Tuile est attendu le 11 mars 2019 devant le juge du Tribunal de Première Instance de Yaoundé, l’accusé n’a pas hésité de commettre une lettre qu’il a intitulée « Lettre de dénonciation contre votre fils pour Harcèlement, Intimidation et Menaces ». Dans cette correspondance, le directeur de publication demande au président du Conseil Supérieur de la Magistrature suprême de faire « triompher la justice sur l’injustice ».

À quelques jours de sa déposition, le journaliste a décidé de saisir le chef de l’État. Dans une missive adressée à Paul Biya ce 4 mars 2019 dont l’objet est « Lettre de dénonciation contre votre fils pour Harcèlement, Intimidation et Menaces », Chantal Roger Tuile relate les menaces qu’il dit subir depuis le début de cette affaire et affirme craindre pour sa vie.

« Nous avons été victimes de menaces de mort régulières qui se sont matérialisées le 18 octobre 2017 à 02 heures du matin, par la tentative d’assassinat au cours de laquelle tous mes véhicules ont été incendiés, mon domicile criblé de balles et mes chiens abattus au pistolet », écrit-il.

Il dénonce par ailleurs les influences qu’il reçoit de temps en temps sous pli anonyme : « (…) TUILE c’est qui, n’est-ce pas que le Conseil National de la Communication l’a exclu à vie de la profession de journalisme et interdit définitivement son journal sur ma demande ? Il faut que les gens sachent que c’est nous qui avons le pouvoir… ils m’ont empêché d’entrer au gouvernement, je vais les envoyer en prison… est-ce que TUILE est plus fort que Maurice KAMTO que nous venons de briser ? j’ai de bons amis parmi les juges et je connais personnellement le ministre d’État Laurent ESSO », rapporte-t-il.

Sans indiquer clairement l’auteur de ces lettres anonymes, Tuile affirme tout de même que « sa peur est alors compréhensible ». Du coup, il appelle aujourd’hui le chef de l’État au secours.  « Excellence Monsieur le Président de la République et très cher Grand-Frère, vous êtes le Père de la Nation donc, le défenseur des veuves et des orphelins : ne nous laissez pas assassiner. Vous êtes le Président du Conseil Supérieur de la Magistrature : s’il vous plait, faites triompher la justice sur l’injustice. Nous sommes innocents », implore-t-il.

Pour rappel, le directeur général de la CNPS qui selon Roger Chantal Tuile est présenté par l’opinion comme le neuveu du président Paul BIYA, avait décidé de trainer le journal et son directeur de publication en justice après la publication d’un dossier sur les salaires des directeurs généraux des sociétés d’État initié il y’a 02 ans.

Les informations publiées dans ce dossier faisaient état de ce que le directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale recevait un traitement mensuel d’un peu plus de 23 millions de FCFA. Selon Chantal RogerTUILE, son intention était « de mettre à la disposition du président de la République l’inadéquation entre les salaires colossaux des cadres de ces structures et leurs rendements réels ».

Selon les informations parvenues à notre rédaction, la lettre de dénonciation de ce jour a été envoyée à une trentaine de personnalités dont l’épouse du chef de l’État, Chantal BIYA, le Secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand NGOH NGOH ou encore le ministre de la Justice, Laurent ESSO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Chine : Benjamin Moukandjo résilie son contrat avec le Jiangsu Suning

    Chine : Benjamin Moukandjo résilie son contrat avec le Jiangsu Suning

    Le pasteur Alph Lukau reconnait n'avoir pas ressuscité un mort en Afrique du Sud : « la personne était en vie »

    Le pasteur Alph Lukau reconnait n’avoir pas ressuscité un mort en Afrique du Sud : « la personne était en vie »