in

Célestin Bedzigui tacle Amougou Belinga : « « Zoml’oo des Zoml’oo » ne correspond à rien dans la nomenclature nobiliaire Ekang »

Eton Ewondo

Célestin Bedzigui a vivement critiqué le titre de « Zoml’oo des Zoml’oo » attribué à Jean Pierre Amougou Belinga.

Eton Ewondo
Célestin Bedzigui  & Amougou Belinga à l’intronisation- Lebledparle.com 

« Zoml’oo des Zoml’oo » c’est le titre de notabilité attribué au chef supérieur des Mvog-Belinga ; un peuple Ewondo qui n’est rien d’autre que Sa Majesté Jean Pierre Amougou Belinga. En d’autres termes, la désignation renverrait, si l’expression existait en français, à un chef supérieur au-dessus de tous les chefs supérieurs.

Or pour Sa Majesté Célestin Bedzigui, lui-aussi chef traditionnel Mbokani dans le département de la Lékié toujours dans la région du Centre : « « Zoml’oo des Zoml’oo » ne correspond à rien dans la nomenclature nobiliaire Ekang ».

Pour comprendre ces propos de ce garant de la culture Eton, Lebledparle.com vous suggère l’intégralité de sa publication sur sa page Facebook le 9 juillet 2020.

 

POUR L’HONNEUR DES EKANG

Après y avoir réfléchi et consulté, j’arrive à la conclusion que l’idée de « Zoml’oo des Zoml’oo » ne correspond à rien dans la nomenclature nobiliaire Ekang.

Comme tout le monde, j’y ai été embarqué en l’énonçant moi-même, cédant comme à une mode de saison.  Qui ne se trompe pas ???

En toute humilité, je m’excuse auprès de ceux qui auraient été confortés par ce fait dans l’erreur.

 Chef Traditionnel depuis 35 ans, il est de ma responsabilité de dénoncer une dérive qui consacrerait une imposture, discréditerait les Ekang s’ils affichaient à l’occasion la faiblesse de la marchandisation de l’accession  à un rang suprême de la notabilité, avec en prime la prétention d’en ériger un qui soit au-dessus de la notabilité traditionnelle de sang et d’esprit.

Trouvons un titre approprié aux bienfaiteurs de nos communautés, un titre qui exprime nos remerciements. Sollicitons-les et leurs services, si la nécessité nous le commande, il n’y a anomalies à cela.

Mais, Chefs traditionnels Ekang que nous sommes, ne nous prosternons pas devant le veau d’or du pouvoir de l’argent. Nos ancêtres ne l’ont pas fait. Ils ont eu une vie modeste et nous ont laissé la dignité qui est notre honneur.

Que l’âme de  » Nti », Seigneur, héritée d’eux et magnifiée par notre  » ati » altier s’élève davantage, à travers les vertus cardinales que les Ekang ont depuis la nuit des temps pratiqué et qui  sont la Sagesse, la Prudence, la Force  et la Tempérance.

De notre passage dans la vie terrestre, laissons une trace indélébile, celle d’être né et avoir vécu en  » Nti’, en Seigneur, en seigneurs de la forêt que nous sommes et devons demeurer.

S.M. Célestin Bedzigui

Pour approfondir :   [Tribune] Les attentes de l’Afrique face au monde multipolaire en gestation

Nkukuma mo Mbokani


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football : La Lionne indomptable Marlyse Ngo Ndoumbouk se trouve un nouveau club

Paul Biya message de fin d annee 2014 a la

Cameroun : Un extrait du dernier discours de Paul Biya donné comme sujet au candidat de l’Enam