in

Can 2023 : Mathias Eric Owona Nguini donne les astuces pour la réussite des lions indomptables

L’universitaire et analyste sportif dans une publication sur Facebook, le vendredi 15 septembre 2023, fait une analyse détaillée des éléments nécessaires à la réussite des Lions Indomptables lors de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN).

Song Bahanag
Rigobert Song Bahanag, Entraineur des lions indomptables - DR

Le sociopolitiste souligne l’importance de chaque aspect du jeu, de la défense au milieu de terrain et à l’attaque, ainsi que de la gestion des balles arrêtées en phase offensive et défensive. Il met en avant la nécessité d’avoir un gardien de but talentueux et concentré, une défense centrale solide et intelligente, des défenseurs latéraux dynamiques, un milieu de terrain fort dans la récupération et la création de jeu, des attaquants de couloir incisifs, des attaquants axiaux présents et actifs, et une bonne utilisation des balles arrêtées. MEON insiste également sur la circulation de la balle, la maîtrise du jeu sans ballon, et la capacité à anticiper dans le placement. Dans l’ensemble, il met en avant l’importance de la cohésion d’équipe, de la communication et de la créativité pour réussir en compétition.

Cette analyse met en évidence l’ensemble des aspects nécessaires pour qu’une équipe de football du Cameroun, les lions indomptables soit compétitive et puisse aspirer à la victoire lors de la CAN.

Lebledparle.com vous propose le texte intégral

Avec la qualification, le défi des lions indomptables est de réaffirmer leur libido compétitive: c’est comme cela qu’ils vont gagner la Can.

Loin de ceux qui se délectent d’une large victoire face au Burundi et des parades de portier global face à de modestes hirondelles, il faut maintenant envisager la Can. Mon intuition est que les lions indomptables peuvent la gagner et vont la gagner. Pour autant, ils ne sont pas dispensés de devoir respecter des conditionnalités fortes pour y parvenir.

  • un dernier rempart non seulement talentueux mais surtout concentré, vigilant et discipline dans le jeu avec une relève expérimentée et compétitive. La Can n’est pas un espace de one -man show. On n’y devient une légende qu’en liant le talent individuel à la force collective quand on est en position de portier. Un grand  gardien est nécessaire pour la victoire finale. Il doit être concentré, jouer pour l’équipe, éviter des fantaisies inutiles, pouvoir discipliner sa défense et maîtriser la communication avec elle. Il doit privilégier les prises de balle ou les blocks extérieurs plutôt que les renvois dans l’axe du jeu. Ce gardien doit être prudent même s’il a une qualité de jeu  au pied qui peut être utile pour la relance.

 

  • une défense centrale vigilante, combative mais aussi  lucide et intelligente avec  un vrai patron tactique. Pas de victoire finale en Can sans une défense centrale solide à défaut d’être hermétique. Le duo ou le trio charge de cette tâche doit à la fois être vif et lucide, intelligent et énergique, ne laissant que peu de place aux attaquants et attaques adverses, avec un grand sens du placement et de la couverture autant qu’une capacité à  anticiper et à  assurer un marquage impitoyable en zone ou à  l’individuel. Cette défense centrale gagne aussi  à  avoir une excellente capacité de relance en évitant au maximum de jouer dans l’axe.
Pour approfondir :   Le programme complet des matchs de la CAN Gabon 2017

 

3-  une défense sur les côtés  vigilante en phase défensive et dynamique en phase offensive.                                                       pas   de victoire en Can sans des défenseurs latéraux solides, sachant réduire la capacité  d’élimination de l’adversaire dans les couloirs rapides en contrant leurs capacités de dédoublement et de débordement. Ces défenseurs ne seront pas performants s’lls ne sont pas explosifs. Leur explosivité  doit aussi les aider à  se muer en s’appuyant sur leurs milieux de couloirs en contre-attaquants véloces délivrant des centres aériens ou des retraits précis pour leurs attaquants.

 

4- un entrejeu féroce dans la récupération et l’interception avec une sentinelle patrouillant devant la défense.  pas de victoire en Can sans un libéro  de l’ entrejeu à  la fois puissant et tactique chargé  de commander la bataille de son équipe dans la récupération grâce à  une capacité permanente de harcèlement du milieu adverse. Cette sentinelle doit briser les initiatives offensives orchestrées par le milieu adverse et préparer les relais offensifs de son équipe en servant le relanceur ou en servant de relanceur.

 

5- un entrejeu capable d’assurer le relais entre les lignes en s’appuyant sur une relance intelligente. Pas de victoire finale des lions à la Can sans des milieux relayeurs puissants et intelligents, pouvant remonter rapidement le ballon vers l’avant et servir leurs joueurs de couloirs pour écarter le jeu. Ces milieux doivent disposer d’une relance précise pour éviter de multiplier les pertes de balle. Leur relance doit aussi être modulable capable de passer du jeu lent au jeu rapide, du jeu court au jeu long.

 

6- un entrejeu capable de construire le jeu vers l’avant, en portant le fer au feu.                                                                pas de victoire ultime des lions indomptables en Can sans un milieu créatif et créateur capable d’animer le jeu de son équipe, en étant en mesure d’y mettre de la variation entre jeu court et jeu long ou entre jeu lent et jeu rapide. L’idéal serait celui d’avoir un vrai maestro offensif pouvant servir ses joueurs de couloirs ou ses attaquants dans les situations offensives par la qualité de cette transmission (précision des passes directes ou des passes dans les intervalles) et la capacité à casser les lignes (balles en cloche; transversales).

 

7- une attaque percutante dans et par les couloirs. Pas de victoire ultime en Can pour les lions sans des attaquants de couloir incisifs, agressifs et provocateurs. Ils doivent multiplier slaloms et débordements, user de fausses pistes et de changements de direction. Ces attaquants de couloir peuvent coopérer avec les milieux de couloir ou les défenseurs de couloir par des dédoublements conclus au moyen de centres vers leurs attaquants axiaux.

Pour approfondir :   L'Armée camerounaise en deuil, le Vice-Amiral Guillaume Ngouah Ngally n'est plus !

 

8- une attaque axiale présente et active. Les attaquants axiaux doivent être présents, avoir la capacité de fixer la défense adverse en l’obligeant à jouer bas. Ils doivent savoir jouer dos au but, pour servir de relais à leurs attaquants de couloirs ou milieux offensifs engagés dans des une-deux ou le jeu en pénétration. Ils doivent comme les milieux offensifs pouvoir déclencher des frappes à 20 ou 30 mètres des buts adverses. Leur capacité à éliminer dans la surface ou à provoquer les défenseurs adverses par des dribbles ou des feintes, ne sera pas de trop !!! S’ils sont bons dans le jeu aérien (en remise, en déviation ou en percussion directe), c’est un atout offensif supplémentaire.

 

9- une bonne utilisation des balles  arrêtées en phase offensive. Une grande équipe capable d’être championne d’Afrique a besoin de bons ou excellents artificiers capables de marquer sur coup franc ou de faire marquer par des corners dangereux. elle a aussi besoin de joueurs forts dans les airs pour dévier ou reprendre des balles frappées lors des coups francs ou des corners grâce à une bonne détente ,un bon placement et une bonne orientation de la balle vers les buts adverses.

 

10- une bonne maîtrise des balles arrêtées en phase défensive. Une grande équipe ne peut avoir de victoire finale en Can sans un gardien excellent dans les sorties aériennes sur corner ou coup franc (qualité de la détente, de la prise de balle ou du dégagement au poing, qualité dans le placement de la défense ou dans la déviation défensive du ballon au-dessus de la barre transversale). Les défenseurs centraux doivent être vigilants dans les airs pour réduire les reprises ou déviations de la tête sur les corners.

 

11- une bonne circulation de la balle et la maîtrise du jeu sans ballon. Pour la victoire finale des lions indomptables, il faut une équipe qui sache faire rouler la balle (qualité de la passe, utilisation appropriée des intervalles, maîtrise des passes courtes en une ou deux touches; maîtrise des passes longues par extérieurs ou transversales; balles dans le dos de la défense adverse). Une équipe de champions est aussi composée de joueurs qui savent anticiper dans leur placement pour recevoir des passes en forme de caviars.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ruben Um Nyobe

(Tribune) La phobie des héros nationaux entretenue par le régime de Yaoundé

Jean pierre Mbiaga

Parfait Siki rend hommage au co-détenu d’Amadou Vamoulke mort en prison