in

Paul Atanga Nji : « Nous allons traquer les terroristes qui ont tué cette dame »

Nji Atanga

La récente sortie du ministre de l’Administration territoriale fait suite à l’assassinat d’une dame au Nord-Ouest le 16 septembre dernier.

Nji Atanga
Paul Atanga Nji (c) Droits réservés

 Lundi 16 septembre 2019, une dame a été torturée puis enterrée vivante par les terroristes sécessionnistes dans l’arrondissement de Batibo, région du Nord-Ouest.

Un acte que Paul Atanga Nji, comme toute personne ayant un sentiment humain ne saurait applaudir.

« Nous allons traquer les terroristes qui ont tué cette dame », a promis le membre du gouvernement au microphone de la Crtv le 19 septembre 2019.

Avant d’envoyer un message à ces hors la loi, Paul Atanga Nji revient sur les circonstances du drame : « Elle a reçu une balle dans la tête et pendant qu’elle était encore vivante, ils l’ont enterrée », explique-t-il en exprimant son indignation : « Nous ne saurons l’accepter ! ».

Pour le Minat, les combattants séparatistes gagneraient à déposer les armes au lieu de vivre campés dans les brousses.

« On vous demande de déposer les armes vous êtes dans les brousses avec les armes de chasse. Vous ne pouvez pas faire face à l’armée camerounaise. Ce n’est pas possible. Déposez les armes et on va vivre en paix. Déposez les armes et vous allez rejoindre les centres de DDR. Déposez les armes et vous ne serez pas interpellés », lance-t-il aux terroristes à la radio nationale.

Pour approfondir :   Nouveauté : Le clip « Zombi » du général Valséro qui fait le tour des réseaux sociaux

Pour se résumer, il conseille aux ennemis de la paix de saisir cette ultime opportunité que leur a offerte le président Paul Biya à travers le « grand dialogue national » qui prendra effet dès la fin de ce mois.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jean Armel Kana Biyik coul

Cameroun : Jean Armael Kana Biyick annonce sa retraite internationale

Logo CNJC

Cameroun : Une histoire d’enveloppe en vue de la participation au dialogue divise le Conseil national de la Jeunesse du Cameroun