in

Cameroun : La revue de presse du jeudi 17 février 2022

Cameroun : La revue de presse du jeudi 17 février 2022

Chers abonnés, merci d’être encore là ce matin dans le cadre la revue de presse. Au moment où le prix du pain, produit de première nécessité au Cameroun est menacé d’augmentation, à cause des coûts élevés à l’importation de la farine de blé, le groupement des meuniers envisagerait de suspendre la distribution de ladite, car ne pouvant plus supporter le coût de production du pain. C’est le fait majeur à lire dans les journaux en kiosque ce jour au Cameroun.

Cameroun : La revue de presse du jeudi 17 février 2022
Les Unes en kiosque ce matin (c) Lebledparle.com

De la farine de manioc pour pallier la hausse du prix du blé. C’est l’une des solutions que propose le quotidien à capitaux publics, Cameroon Tribune dans sa publication du jour. Alors que le cours du blé ne cesse de grimper sur le marché international, menaçant le prix du pain au Cameroun, des solutions alternatives sont envisager, indique notre confrère. « Du pain à base du manioc, de patate, de banane-plantain même, c’est possible. Mais à certaines conditions tout de même », précise Cameroon Tribune. C’est à découvrir en pages 12 et 13.

Le Jour quant à lui parle de la « cacophonie » qui entoure le prix de la baguette du pain dans des boulangeries depuis quelques jours. Selon lui, la baguette de 200 grammes est vendue dans plusieurs quartiers de la ville de Yaoundé à 150 Fcfa au lieu de 125 FCFA. « Les boulangers justifient cette situation par la hausse du prix de la matière première, notamment la farine. Entretemps, le ministre du Commerce affirme que les prix restent inchangés », peut-on lire

Outre le pain, le trihebdomadaire l’Anecdote renseigne que les prix du poisson, de l’huile raffinée et du poulet de chair connaissent aussi une augmentation des prix sur le marché. « Les manœuvres observées autour des importations de la farine de blé, ont entrainé une hausse en catimini du coût de la baguette de pain. D’autres denrées alimentaires à l’instar du poulet, l’huile raffinée, et du poisson connaissent entre autres, une envolée spectaculaire des prix », écrit le journal de Jean-Pierre Amougou Belinga qui prévient que cette inflation généralisée pourrait engendrer la famine dans un contexte marqué par un panier de la ménagère de plus en plus vide.

Attendant que des solutions soient trouvées pour éviter cette crise de faim, Le Témoin de Francis Bonga se demande si les ministres Luc Magloire Mbarga Atangana, Hele Pierre, Madeleine Tchuinté et Jacques Fame Ndongo, ont « ensorcelé Paul Biya ». Pour cause, notre confrère déplore que ces hommes soient devenus depuis 18 ans, des ministres improductifs à la tête de leurs départements ministériels respectifs. Dans son analyse, l’hebdomadaire tente d’expliquer cette longévité, qui selon lui pourrait être liée à la prise en otage du chef de l’Etat par certaines forces.

Quels sont les enjeux du sommet Union européenne – Union africaine ? C’est la question à laquelle répond le quotidien l’Économie de ce matin. En effet, lit-on dans les colonnes du journal, les 17 et 18 février, les dirigeants des États membres de l’Union européenne et ceux de l’Union africaine se réuniront à Bruxelles. La question de la crise au Sahel sera au centre des discussions, mais ce ne sera pas le seul sujet sur la table… Plus de détails en page 3 du journal.

Chers abonnés, merci d’avoir été avec nous ce matin. À demain… !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    [Tribune] Louis Marie Kakdeu : « L’investissement dans l’aviculture est à haut risque » au Cameroun

    [Tribune] Louis Marie Kakdeu : « L’investissement dans l’aviculture est à haut risque » au Cameroun

    Douala : Un camion d’Hysacam impliqué dans un accident de la circulation