in

Cameroun : La revue de presse de ce mardi 4 août 2020

Cameroun : La revue de presse de ce mardi 4 août 2020

Chers abonnés, bonjour ! Bienvenus à la revue de presse éditions du mardi 4 août 2020. Au menu des quotidiens en kiosque ce matin, le coronavirus, la succession de Paul Biya, le conflit à l’ART…


Cameroun : La revue de presse de ce mardi 4 août 2020
Quelque Unes en kiosque ce matin (c) Lebledparle.com

Alors que les accusations sur la mauvaise gestion des fonds alloués à la lutte contre le coronavirus ne cessent de peser sur le ministre de la Santé publique, Réalités plus de Paul Nguaré Kindi écrit à sa grande Une : « Monsieur le ministre, ne cédez pas aux pressions des gombistes ». Selon les explications contenues dans les colonnes du journal, le patron de la Santé est entouré des personnes « qui ne veulent plus entendre parler du coronavirus, mais de l’argent du Covid. Ils rédigent des articles et font le tour des rédactions pour troubler le ministre », peut-on lire.  

L’Économie nous plonge déjà dans les sujets qui attendent les gouverneurs de la Banque mondiale et du FMI le 6 août 2020. Ce sera au cours d’une réunion par visioconférence portant sur l’évaluation de l’impact de la pandémie du Covid-19, à laquelle prendront part plus de 250 délégués d’Afrique. À en croire notre confrère en kiosque, les travaux seront animés par les ministres camerounais des Finances et l’Économie.

L’hebdomadaire Meyomessala est aussi en kiosque et parle de la construction du barrage de Mekin qu’il qualifie de « gouffre financier ». Depuis plus de 10 ans que les travaux de cette infrastructure avaient été amorcés, regrette notre confrère, le Cameroun s’est endetté à plus de 45 milliards pour la construction de ce barrage hydroélectrique. De 2010 à 2020, rien n’a encore été fait ; pourtant un projet présenté comme « structurant ».

L’essentiel du Cameroun pour sa part, s’intéresse à la gouvernance au sein de l’Agence de Régulations des Télécommunications. « De fuite en fuite sur les réseaux sociaux, la gouvernance au sein de l’ART s’expose », fait remarquer dans un premier temps notre confrère, qui ajoute : « soupçons et accusations de corruption, interprétation contestée des textes organiques au grand jour, une brouille malsaine entre les dirigeants de l’Agence de régulation ».

Mutations parle des élections régionales à venir. Selon le journal de Georges Alain Boyomo, l’instruction du ministre de l’Administration territoriale, Paul Atanga Nji visant à clarifier la situation à la tête de certaines chefferies traditionnelles donne lieu à des tensions sous fond de marchandage.

Dans la commune de Nkongsamba dans le Moungo, l’on apprend de Direct Info ce matin que la maire Yvonne Tchoumbi épse Eyidi est épinglé par le ministre Ibrahim Talba Malla pour des faits de passation des marchés à la commune.  

Le Paysan paru en kiosque présente Louis Paul Motaze comme un homme au destin présidentiel. Par cette affirmation, notre confrère indique que malgré toute la confiance dont que lui accorde le chef de l’État depuis près de deux décennies, « l’insatiabilité » du ministre des Finances l’amène à convoiter avec « impatience et impertinence », le fauteuil présidentiel. « À cette allure, il semble celui par qui tous les malheurs du Cameroun passeront », affirme Le Paysan.  

C’est sur cette information que nous mettons un terme à notre revue de presse ce matin. À demain, pour une nouvelle sortie.

 

{module Revue de presse sponsor}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Côte d’Ivoire : Des manifestations devant le siège de la Commission électorale suite au retrait de Laurent Gbagbo de la liste électorale

    Côte d’Ivoire : Des manifestations devant le siège de la Commission électorale suite au retrait de Laurent Gbagbo de la liste électorale

    Adèle Mballa : « Le gré à gré est un néologisme sorti tout droit de l’ignorance atavique de ces soi-disant hommes d’État  »

    Adèle Mballa : « Le gré à gré est un néologisme sorti tout droit de l’ignorance atavique de ces soi-disant hommes d’État  »