in

Cameroun : La revue de presse de ce lundi 1er juin 2020

Cameroun : La revue de presse de ce lundi 1er juin 2020

Très chers abonnés de la revue de la presse bonjour ! Nouvelle semaine, nouveau mois, nouvelle revue de presse. Ce lundi, l’actualité en kiosque est dominée par la rentrée scolaire de ce matin. Les confrères analysent les risques de ce retour des classes au moment où les cas de contamination au virus grimpent.


Cameroun : La revue de presse de ce lundi 1er juin 2020
Quelque Unes en kiosque ce matin (c) Droits réservés

Le Messager, premier quotidien arrivé à notre rédaction ce matin, estime que le gouvernement, par son « orgueil », a choisi, malgré les revendications des enseignants, d’envoyer les enfants à l’école, mettant ainsi en danger la vie de leurs parents et celle de leurs enseignants. Et de titrer : « Rentrée du 3e trimestre : Enseignants, parents et élèves à l’abattoir ».

Cameroon Tribune ne voit pas les choses d’un même œil ce matin. Pour lui, les ministres en charge du secteur éducatif de concert avec le Premier ministre ont mis en place des mécanismes qui permettront aux étudiants et élèves de limiter la progression du virus dans leur entourage.

« 1er juin, rentrée scolaire sous liberté conditionnelle », c’est le titre du journal L’étudiant paru en kiosque ce matin. À en croire le bihebdomadaire de l’Esstic, en prélude à la reprise des cours en présentiel dans les universités au Cameroun, plusieurs restrictions leur sont imposées. « Leur moral oscille entre enthousiasme et méfiance », indique le journal de Boris Landry Kouekam. L’écho des préparatifs de cette rentrée est à retrouver dans les colonnes de L’étudiant.

L’indépendant de Max Panjo nous amène à la présidence de la République pour parler de Covid-19. Selon lui, les tests obligatoires de dépistage auraient été prescrits au sein de l’institution.

Alors que la présidence vient d’imposer les tests dans ses locaux, le grand Mbam, toujours dans le cadre de cette lutte, a mobilisé 26 millions de FCFA. L’information est révélée ce matin par Prospective Nouvelle. En détails, notre confrère explique que les élites et forces vives des départements du Mbam-et-Kim et Mbam-et-Inoubou ont offert le 30 mai 2020, un important don aux hôpitaux de Bafia, Ntui, Yoko, Ndikinimeki… ainsi qu’aux élèves et enseignants du Mbam.

Jeune Afrique explore l’Afrique après le coronavirus et constate que : « Si la pandémie est encore loin d’être vaincue, le continent, contrairement aux prévisions catastrophiques, s’est distingué dans bien de domaine. Réactivité, solidarité, élaboration des solutions locales, implication de ses élites… », et au journal panafricain de conclure qu’en ce temps où tous les sujets sont sur la table, et où le monde entend se réinventer, « l’Afrique d’après » semble porteuse de promesse.

Quittons le coronavirus pour parler de toute autre chose, notamment les détournements de fonds à la Société Générale (SG). D’après le journal Repères qui aborde cette actualité ce lundi, l’on apprend que l’État du Cameroun réclame 80 milliards de FCFA à cette banque.

Mutations livre ce matin, le portrait de celui qu’il appelle « Le dur à cuir ». Le journal propose en exclusivité, le portrait de Sa Majesté Calvin Bang Bang, le chef traditionnel du village Minkan, dans la région du Sud, qui a récemment rejeté le don du chef de l’État contre le coronavirus.

Les bases d’un nouveau départ ont été posées à l’agence de Régulation des télécommunications. La nouvelle PCA, Justine Diffo, lors d’un atelier-débat tenu les 25 et 26 mai 2020, avec les responsables de cette entreprise, a balisé le socle juridique de l’ART pour « un meilleur management ». L’information est à retrouver avec plus de détails dans le journal l’Économie.

C’est tout pour ce matin. Bon début du mois de juin !

 

{module Revue de presse sponsor}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Guy Nsangué Akwa : une légende discrète de la musique camerounaise 

    Guy Nsangué Akwa : une légende discrète de la musique camerounaise 

    Une femme empoisonne son fils de 11 ans et cache son corps puis fait croire à une disparition

    Une femme empoisonne son fils de 11 ans et cache son corps puis fait croire à une disparition