in

Calixthe Beyala tacle ses détracteurs « ne frise-t-on pas le discours Nazi ? »

Calixthe Beyala se brouille actuellement avec le gouvernement camerounais et ses cadres. L’écrivaine estime que le pays est géré par des incompétents et tacle ses détracteurs dans une nouvelle publication sur les réseaux sociaux.

Calixthe Beyala, l'écrivaine camerounaise
Calixthe Beyala, l'écrivaine camerounaise (c) DR

Une prise de position très mal appréciée par certains caciques du régime de Yaoundé. En effet, dans un post, l’écrivaine panafricanisme dénonce le tribalisme à son égard.

« Quand les élites d’une communauté disent de moi que j’ai le sang souille, ne frise-t-on pas le discours Nazi ? Nous y reviendrons ! », poste l’auteure de l’homme qui m’offrait le ciel. Pour elle, le Cameroun n’est ni un Royaume, ni le champ de cacao d’une famille ! Il n’y aura aucune succession de père à fils.

Calixthe Beyala vante les mérites de Ahidjo

Dans la foulée, elle ne comprend pas le recul du 237 (Cameroun) surtout en ce qui concerne la gestion d’une compagnie aérienne.  « Quand Ahidjo quittait le pouvoir au Cameroun, ce pays possédait 11 avions y compris des Boeing, aujourd’hui pour aller à Paris, il faut emprunter une compagnie étrangère. Plus d’avion. Expliquez-moi ce recul de 50 ans. Bises à tous », a-t-elle poursuivi.

Contre un passage de pouvoir du père au fils Biya

Dans une autre sortie que Lebledparle.com vous proposait hier, l’écrivaine avait également appelé à un non héritage du pouvoir de père Biya à fils. Pour elle, la transition filiale n’aura pas lieu au Cameroun. « Le Cameroun n’est ni un Royaume, ni le champ de cacao d’une famille ! Il n’y aura aucune succession de père à fils ! » avait indiqué l’auteure.

Pour approfondir :   Brenda BIYA contredit ses avocats commis d'office : « La vidéo du couteau est vraie »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Messi bobo

Argentine-Pays Bas : l’insulte de Messi devient un business

Les Uned en kiosque 1

Cameroun : La revue de presse du mercredi 14 décembre 2022