in

Armand Noutack : « si vous vous réclamez du président Maurice Kamto, cessez de rabrouer nos icônes nationales »

Dans une tribune publiée sur la toile, le cadre et militant du MRC, Armand Noutack II déplore le boycott des artistes par la BAS. Il dit que c’est indigne de la part de ceux qui disent soutenir Maurice Kamto et que cela doit cesser.

Armand Noutack II Chronique
Armand Noutack, désormais ex-militant du MRC - DR

Cette sortie intervient après celle de Joseph Emmanuel Ateba qui dénonce le terrorisme de pensée de la BAS.

Lebledparle.com vous propose le texte intégral

On fait la politique pour plaire aux électeurs d’abord… je n’ai pas dit aux militants, aux électeurs d’abord

Lorsqu’on combat avec une rare violence toute pensée contraire à la nôtre, lorsqu’on empêche ceux qui ne pensent pas comme nous de donner leurs avis, lorsque notre quotidien est meublé d’injures, de calomnies,  alors on s’éloigne de la politique pour s’installer confortablement dans la gadoue, le désordre.

Je le clame depuis, il faut faire un distinguo entre la politique et la révolution.

Je vais toujours vous le dire, la politique c’est le compromis, le respect de l’adversaire, le dialogue, l’ouverture, la solidarité…

Lorsqu’on n’a pas 1 million de militants encartés, et qu’on compte sur les électeurs (très souvent sympathisants) pour arriver au pouvoir, on doit être ouvert, solidaire, respectueux des adversaires, saluer les efforts des adversaires, dénoncer lorsque c’est nécessaire et avec courtoisie.

Il faut reconnaître aujourd’hui que de 2018 à aujourd’hui, la diaspora « combattante » qui se dit proche du MRC ne nous a pas beaucoup aidé, j’ai nettement l’impression qu’ils ont confondu révolution et politique…

Pour approfondir :   Cameroun : Un policier lâchement tué à Bamenda

Le président MK est un homme politique, il ne faut jamais oublier ce paramètre, si on l’oublie, on se perd.

Si la diaspora qui se dit combattante a tant soif de révolution immédiate, elle doit se trouver un autre leader.

En appelant les camerounais à s’inscrire sur les listes électorales et en annonçant à Nkongsamba son retour dans la compétition politique, le président MK envoyait un message clair aux « combattants » , message qu’ils n’ont pas saisi apparemment et c’est bien dommage.

Chers combattants, si vous vous réclamez du président Maurice Kamto, cessez les injures,  arrêtez avec cette hérésie que vous appelez boycott des artistes, cessez de rabrouer nos icônes nationales,

Je veux  être terre à terre, lorsque vous violentez un artiste hors du pays, ça aurait pu être une bonne action dans le cadre d’une révolution, mais mauvais acte politique, car en le faisant au nom de MK, vous dressez les fans de l’artiste en question contre notre leader. Leader qui a besoin des voix de tous les camerounais pour accéder au pouvoir.

Pour approfondir :   People : Testé positif au Covid-19, le célèbre musicien antillais Jacob Desvarieux est placé en coma artificiel

Il est temps de vous dire la vérité, vous nous avez créé trop de problèmes depuis 2018,

Si vous n’êtes pas capables d’accepter des opinions contraires, d’accepter le débat politique, trouvez-vous un leader révolutionnaire. C’est mieux ainsi.

Désolé si ça fait mal, lorsqu’on crève l’abcès, la douleur est toujours intense, sauf qu’après on se sent mieux.

Soyons le changement que nous voulons,

Les camerounais doivent se parler et ils se parleront.

AN II


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Crépin Nyamsi : « Samuel Eto’o a apporté beaucoup de changements et continue de le faire pour le bien être de notre football »

Celestin Djamen opinion

Célestin Djamen : « le tribalisme comme le racisme ne peuvent exister que chez les pauvres »