in

Alex Nguepi à propos de l’affaire Martinez Zogo: « Paul Biya n’avait pas qualité à instruire cette enquête administrative »

Alex Nguepi, homme politique, ancien militant du MRC a fait cette déclaration dans Canal Presse sur Canal 2 International, le dimanche 26 février 2023, comme l’a noté Lebledparle.com.

Nguepi

Après son introduction par Bouba Ngomena, l’homme politique a tenu à saluer Bruno Bidjang et son patron. « Bonjour à Bruno Bidjang. Bonjour aussi à son patron, Jean Pierre Amougou Belinga. Je suis de tout cœur avec vous », a-t-il déclaré.

Ensuite, il a félicité le support médiatique qu’il l’a invité pour le traitement de l’actualité autour de l’enquête sur le crime sur Martinez Zogo. « Je tiens à féliciter Canal 2 International. Dans vos sorties, vous n’essayez pas de condamner les suspects dans cette affaire (Martinez Zogo,ndlr). Vous travaillez avec impartialité », poursuit-il.

Alex Nguepi dans Canal Presse sur Canal 2 International estime le Chef de l’Etat n’avait pas qualité pour instruire une enquête administrative. « Le Président de la République n’avait pas qualité à instruire cette enquête administrative. D’ailleurs, je me suis toujours demandé ce que le tribunal militaire a à faire dans ce dossier ? Dans une démocratie, le civil prime sur le militaire », affirme-t-il.

Le point de vue de Jean Robert Wafo

« Quand j’ai vu le nom de Charles Tchoungang parmi les avocats de Jean Pierre Amougou Belinga, j’ai compris que cette affaire sera extrêmement compliquée en cas de violation des procédures. Il faut être de mauvais foi pour ne pas constater que c’est un redoutable avocat », déclare le militant exclu du SDF dans Canal  Presse.

Pour approfondir :   Longévité au pouvoir en Afrique : Obiang Nguema Mbasogo, Paul Biya, Sassou Nguesso et Idris Deby totalisent 132 ans de règne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Francis Ngannou

Ekodo Mveng : « La dette communautaire du sportif de haut niveau consiste à honorer ses fans en situation de détresse »

Nyemeck Bleriot

Pierre Blériot Nyemeck : « Ce qui énerve le plus le chef de l’Etat dans cette affaire, c’est l’utilisation de ses services pour ce genre d’acte »