in

Gabon-Cameroun : « Aimer, c’est donner… Et surtout pardonner… » Patience Dabany

dabany grand
Par amour, pour le peuple bamiléké, elle lui a rendu Hommage par la chanson intitulé ''Batam''

dabany grand

Au Cameroun, nous avons Françoise Foning, femme battante qui est devenue aussi un symbole pour l’émergence de la réussite féminine. Patience Dabany, encore appelée Mama-africa, est considérée au Gabon comme Françoise Foning au Cameroun

à l’exception qu’elle ne fait pas partie de la politique du gouvernement.

Très aimée des Camerounais (es), Patience Dabany ses vues honorées du surnom, Mafo (en Ghomala), Maveu (en Medumba) qui veut dire reine-mère et ceci va solidifier, son pseudo  »Mama-Africa ». Par amour, pour le peuple bamiléké, elle lui a rendu Hommage par la chanson intitulé  »Batam » issu de son dernier album à succès  »No comment » où elle s’exprime sans déguiser ses émotions et ses pensées. Elle chante, à cœur ouvert/sincère… Et n’a pas oublié de mentionner, les noms des familles (élites) Bamiléké tels que Fotso Victor, Noutchokwè Jean Samuel, Kadji Defosso, Yonkeu, André Sohaing. Comment ne pas aimer cette très belle chanson qui appelle à un amour sincère, chantée d’une voix probe… ! Il ne faut pas être sorcier ou magicien pour deviner (sentir) l’émotion qui accompagne les paroles de la  »Maveu  »

Pour approfondir :   Voxafrica lance la saison 2 de The Voice Afrique francophone

Mama-africa, de son vrai nom Joséphine Kama Dabany, est née le 22 janvier 1944 à Brazzaville. On ne la présente plus, sur les scènes musicales au Gabon, comme au Cameroun et dans l’Afrique francophone et anglophone. Artiste musicienne de renommée internationale, elle a travaillé avec plusieurs grandes stars internationales. Patience Dabany est aujourd’hui, un symbole pour la femme indépendante africaine, de par son histoire qui dit qu’elle a quitté son ex-mari, président de la République à l’époque, pour se consacrer à la culture… Elle nous a prouvées (et continue à le faire), qu’on ne mélange pas, la culture et la politique de pouvoir.

Pour approfondir :   Cameroun : Un journaliste défenseur des droits des homosexuels assassiné

NB : on a parfois cru, qu’on payait les gens pour chanter pour le peuple Bamiléké. Avec ce bel exemple, que la Mama-africa vient de nous montrer, on conclut en disant, qu’on chante pour un peuple, que quand on a des attaches, ou par Amour … !

{module articles_culture_plus |division}

{jcomments on}


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Evacuation de Jean-Paul Akono en France: Coup de chapeau à Samuel Eto’o Fils

eto o lance l anzhi

Anzhi Makhatchkala: Samuel Eto’o vers la porte de sortie?