in

[Tribune] Protais Ayangma : « L’heure doit être à l’apaisement et la décrispation », au Cameroun

Protais Ayangma edito mutations

Comme à l’accoutumée depuis quelques années déjà, la président du conseil d’administration de la South média corporation (SMC), entreprise éditrice du quotidien Mutations a signé dans la parution du 3 janvier 2022, le premier éditorial de l’année. Protais Ayangma souhaite que l’année 2022 soit une année d’espérance de vitalité sociale.

Protais Ayangma edito mutations
Protais Ayangma – DR

Lebledparle.com vous propose le texte intégral.

Coupe d’espérances

En empruntant au jargon de la médecine, on parlera d’une césarienne ou plus communément d’un accouchement difficile.

Plus simplement, en reprenant une célèbre publicité, on dira qu’il a fallu du temps !

Ça y est, le Cameroun tient enfin sa Coupe d’Afrique des nations (Can). Après moult péripéties, glissements voire menaces d’annulation pure et simple de la compétition continentale, le rendez-vous de l’Afrique du football va se tenir du 9 janvier au 6 février 2022 en terre camerounaise.

Intervenant au début d’une année que les Camerounais souhaitent moins porteuse de grisaille et de désespérance, la Can, en dépit d’un contexte sociopolitique et économique morose, devrait ré enchanter, tout au moins, durant sa tenue, un peuple qui a traversé une année 2021 finalement en se serrant la ceinture plus qu’il ne l’avait certainement imaginé.

En effet le contexte économique des 12 derniers mois est fortement resté tributaire de la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid-19. Le Cameroun a certes fait preuve de résilience, comme auparavant, mais les effets conjugués des crises sanitaires et économiques mondiales ont gravement impacté le quotidien des populations et le rythme des investissements publics dans différents secteurs clés de la vie nationale.

Pour approfondir :   Tribune : Main basse sur l’Eglise évangélique du Cameroun

Ce tableau déjà noir a été encore plus obscurci par les crises sécuritaires auxquelles le Cameroun fait face depuis quelques années : crise dans l’Extrême-Nord avec un Boko Haram qui n’a pas dit son dernier mot, crise dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

S’agissant du NoSo, comme il est désormais convenu de l’appeler, deux ans après le Grand dialogue national, le sentiment général qui se dégage est que la situation n’a toujours pas évolué de manière décisive, en bien.

Il est sans doute venu le temps d’un nouveau sursaut républicain impulsé du sommet de l’État pour qu’un autre round de dialogue s’ouvre de manière formelle ou moins formelle entre les parties en conflit, en faisant intervenir tous les leaders de bonne foi, tous les patriotes susceptibles de jouer les « go between » entre l’ordre gouvernant et les groupes armés.

Cette guerre si coûteuse sur le plan humain, économique et social n’a que trop duré et il serait encore plus contre-productif voire désastreux de ne pas opter pour un traitement de cheval contre elle en 2022.

L’heure doit être à l’apaisement et la décrispation. Y compris s’agissant des revendications portées par des partis ou formations politiques, lesquelles débouchent sur des vagues d’interpellations et de lourdes condamnations judiciaires comme cela a encore été vécu il y’a quelques semaines.

Pour approfondir :   Camus Mimb : « Le footballeur Camerounais qui s'offusquera qu'on parle d'abord de Samuel Eto'o… doit aller au champ »

La corde sociopolitique nous semble déjà assez raide pour que des blocs bien constitués dans l’opposition et la majorité continuent de se regarder autant en chiens de faïence au point d’installer une forme d’incivilité chronique dans un espace demandeur de démocratie, c’est à dire d’abord de courtoisie républicaine et de culture de la tolérance.

2022, nous y sommes !

Comment rendre cette année meilleure par rapport à la précédente pour notre pays et nous-mêmes ?

Les décideurs feront sans doute suffisamment et insuffisamment ce qui relève de leur responsabilité, mais n’atteindront pas le cap souhaité de tous, si chaque citoyen, en ville comme en campagne, ne prend pas sa part dans ce qu’on pourrait appeler le Grand chantier national. Par le travail acharné et la veille citoyenne, chaque Camerounais doit pouvoir s’impliquer.

Meilleurs vœux pour 2022 à tous les lecteurs du quotidien Mutations et bien évidemment Bonne Can!


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Denis Emilien A

Le parti FDC annonce son congé politique pendant la Can Total Energie 2021

cadre

Un agent de l’UBA brûlée à son domicile par des présumés malfaiteurs à Yaoundé