in

[Tribune] Lions indomptables : le carnage des coupes du monde !

Suite à l’annonce de la retraite internationale d’André Onana avec les lions indomptables, le journaliste et analyste sportif Martin Camus Mimb ressasse les différents départs au sein de la tanière après le mondial de 2002, 2010, 2014 et 2022.

Mayer Matip Onana

La plus grande compétition de football vient encore de voler au Cameroun, un autre joueur dans les mêmes conditions quasiment que les autres. En 2002, le Cameroun rentre de la Coupe du monde Corée-Japon. S’il n’a pas emprunté la voie d’une communication éclatante, Lauren Etame Mayer ne répondra plus à aucune convocation des Lions Indomptables. Que s’est-il réellement passé en Asie ? Des choses ont été susurrées, mais jamais une communication officielle sur cette prise de distance. En 2014, c’était au tour de Joël Matip après l’aventure brésilienne. Il a annoncé sobrement sa retraite internationale, sans aucun détail des raisons de son éloignement. André ONANA vient de s’inscrire dans la même dynamique.

Comme si le sort de la division nous guettait à chacune des compétitions mondiales. Et là, je ne parle que de ceux qui ont pris eux-mêmes les distances, sans parler des bannis après chaque Coupe du monde sans réelle explication. En 2014, Loïc Feudjou et Allan Nyom notamment en ont fait les frais. En 2010, Rigobert SONG a annoncé dans la foulée sa retraite internationale au cœur des tensions les plus vives. En 2002, Pierre Wome et Patrick MBOMA ont été bannis avant leur retour en grâce pour des faits de gestion du Mondial 2002. Et là, je ne veux même pas évoquer la mise à l’écart bien maquillée de William Andem au sortir de la Coupe du monde 98, pour une sombre affaire jamais élucidée. Qatar 2022 a donc emporté ONANA dans ses ailes d’incompréhension. Dommage.

Martin Camus MIMB

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kamto Maurice Opposant

Christopher Ndong : « Maurice KAMTO, n’a jamais été chassé à l’entrée de la Présidence de la République»

Vision 4 Essomba

Jean Crépin Nyamsi à Dieudonné Essomba : « il faut retourner à l’Université et préparer normalement une thèse de doctorat »