in

Sismondi Bidjocka se lâche à nouveau sur Cabral Libii

Libii Bidjo

Dans sa chronique matinale du lundi 30 août 2021, le journaliste Sismondi Barlev Bidjocka est revenu sur ses démêlés judiciaires avec Cabral Libii dénonce l’intolérance de ce dernier à son endroit.

Libii Bidjo
Cabral et Sismondi (c) Droits réservés

Pendant près de 10 minutes, le journaliste déplore les longues procédures judiciaires que lui fait subir « son frère » Cabral Libii et révèle que l’homme politique serait même dans une démarche qui vise à faire fermer sa radio juste parce qu’il « avait dit qu’il a gagné des marchés et que ce n’était pas vrai ».

« J’ai l’impression que chaque fois que je veux formuler des critiques contre le parti de Cabral, ou contre une action qu’il aurait menée, il me menacerait de procès, en engageant des frais d’action… Je n’en reviens pas à ce que tu fais mon cher Cabral ! Tu as poussé la lâcheté aussi loin, au point de me poursuivre dans une procédure secrète, sans me donner une convocation. Tu vas me poursuivre à chaque fois que je vais critiquer ton parti, c’est ça ? », regrette-t-il.

Selon le récit du promoteur de RIS Radio, il a déjà été sanctionner par le Conseil national de la Communication (CNC) pour la même affaire, mais malgré cela, il fait toujours l’objet de plusieurs plaintes dont l’accusateur n’est nul autre que Cabral Libii.

Pour approfondir :   Cameroun/Médias : le bureau de Théodore Ndanga, Directeur Général de CMR7 TV cambriolé

Rappel des faits…

Dans un éditorial diffusé le 26 mai 2021, le promoteur de RIS FM à Yaoundé avait soutenu que le président du PCRN a contracté des marchés dans le cadre du fonds spécial de 180 milliards de FCFA alloués par le FMI pour la lutte contre le COVID-19. La gestion de cet argent fait actuellement l’objet d’auditions au Tribunal Criminel Spécial.

Le journaliste avait ensuite refusé de diffuser le droit de réponse que lui avait servi le parlementaire. Toute chose qui a fâché l’ancien candidat à l’élection présidentielle.

Bien avant la réaction de Cabral Libii, le secrétaire national à l’information du PCRN, Armand Okol, a publié un communiqué dans lequel il affirmait : « Les pourparlers menées n’engagent que leurs auteurs mais n’entachent et n’ont aucune incidence sur les procédures en cours à la justice et au Conseil National de la communication. Il ne sert donc absolument à rien de continuer à se rependre dans les réseaux sociaux et médias traditionnels interposés. L’heure devrait plutôt être exclusivement consacrée à rassembler les éléments de preuve pour étayer les allégations largement distillées et se préparer à affronter les procès. Ce message s’adresse également à tous les autres champions de la diffamation dont le PCRN est devenu la cible numéro UN».

Le 6 juin 2021, le journaliste Sismondi Barlev Bidjocka indiquait sur le plateau de la chaîne privée Canal 2 International qu’un arrangement à l’amiable avait été trouvé dans le différend qui l’oppose à l’honorable Cabral Libii. Ceci, a-t-il expliqué, grâce à la médiation de l’universitaire Pascal Messanga Nyamding, par ailleurs militant du RDPC, le parti au pouvoir.

Pour approfondir :   Cameroun : le journaliste Martinez Zogo enlevé à son domicile, Calixthe Beyala réagit

Réagissant à cette annonce, le président national et député du PCRN avait rejeté en bloc cette perspective.

« Même dans les cas comme ceux-ci, n’oubliez pas que notre ligne politique c’est vraiment la réconciliation. L’objectif pour moi ce n’est pas de faire condamner quelqu’un. Mais, c’est de laver l’honneur du PCRN. Ceux qui vous parlent de médiation sont les seuls à savoir de quoi ils parlent », avait recadré Cabral Libii au cours d’un Live Chat avec une militante de son parti. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Clinton

Cameroun : Clinton Njie fait un don de 13,5 millions de FCFA à 11 écoles de la région du Sud-Ouest

Makon R C

[Tribune] Richard Makon : « Un peuple impréparé au changement est un danger pour les porteurs du projet de changement »