in

Polémiques autour du Ndop : les vérités de Bana Barka

Alors que des sorties s’enchaînent pour situer la paternité du célèbre tissu Ndop, l’observateur averti livre une réponse cinglante à Idriss Fotsing.

Ndop
(230309) -- YAOUNDE, March 9, 2023 (Xinhua) -- A woman sells Ndop products at a market place in Bafoussam, Cameroon, March 3, 2023. In Cameroon, crafts such as sewing, quilting, embroidery, and knitting have always been an outlet for women to utilize their creativity. Ndop fabric was originally made by women and was an important symbol of social status and cultural heritage but today - in a different way - it is enhancing the lives of women. TO GO WITH "Feature: Ndop fabric transforms women into micro-entrepreneurs in Cameroon" (Xinhua/Kepseu)

Polémique du Ndop

C’est dans une sortie barrée du titre «  le nord, l’ouest et le ndop: paternité ou parternité ? », parcourue par Lebledparle.com que Bana Barka a livré sa position sur la brulante question. « En fait le post d’hier  fait allusion à une polémique déclenchée par le Dr Pierre Nka, qui dans une publication qui se voulait bienveillante a célébré le fait que les ndop était confectionné par des « mains Nordistes ». Il trouvait, en rappelant ce fait historique, que c’était un exemple de coopération nord/sud qui pouvait inspirer et dont on pouvait être fiers.

Mais il se trouve que M. Mathieu Youmbi y a vu une tentative de priver l’ouest de la paternité d’un de ses trésors culturels. Il a donc à son tour fait une publication pour s’attaquer au Dr Nka, en insinuant au passage que pour avoir révélé un fait qu’il ignorait, cet universitaire ne méritait pas son titre, qu’il faisait partie des « docteurs de Biya ».

Les échanges qui ont eu lieu sur sa page suffisent à montrer que cette attaque n’était pas fondée, et que l’acharnement de M. Youmbi à affirmer le caractère bamileke du tissu ndop dénote un malaise, un trouble psycho-culturel, celui d’avoir à admettre que l’on est redevable à une autre communauté dans l’élaboration des produits de sa culture vestimentaire. Rappelons que ceci intervient dans un contexte où l’ouest avait été accusé d’appropriation culturelle au sujet du koki. De l’alimentaire au vestimentaire, M. Youmbi a dû se dire que cela commençait à bien faire, et il a fait sa sortie.

Pour approfondir :   CAN U23 - Affaire Cameroun Gabon : la FECAFOOT saisit le TAS en procédure d’urgence

De mon côté, le 2 juin dernier, en tombant sur cette photo, j’ai voulu faire un post sur les échanges entre nord et sud, tels qu’on pouvait en avoir une idée à partir de la scène de marché que l’on voit à Bana. C’est alors que Nganang, féru de ndop, est intervenu pour relativiser cette dépendance de l’ouest vis-à-vis du coton et des bandes de coton venant du nord.

L’enjeu du débat est donc là : les Bamilekes peuvent-ils valablement revendiquer la paternité du ndop quand la matière et la teinture étaient fabriquées ailleurs? Beaucoup de personnes pensent que oui, y compris moi (We were part of it). Mais les Ultra-Ndopistes Canal Authentique du Cameroun et leurs soutiens des USA ne l’entendent pas de cette oreille, et n’entendent pas partager la paternité de cet élément du patrimoine.

Pour approfondir :   Suspension de Touristiques express, vent de discorde

Le « tisser-ensemble », ce n’est pas leur tasse de thé, ils ne veulent pas de métissage. Paternité ou PARTernité? Toute la question est là…En attendant les réponses et les accusations d’appropriation culturelle, je sèche mon ndop là sur la corde.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Francis Ngannou Havard

[Point de vue] Copiez, au lieu de vous moquer de Ngannou !

Charlotte Ntamack

Incroyable à 44 ans, une humoriste accouche pour la première fois des jumeaux