in

Owona Nguini réagit à l’attaque du Capitole et envoie des piques au MRC

MathiasOwonaNguini

Le politologue a analysé la prise d’assaut du Capitole par les partisans du président sortant des Etats-Unis Donald Trump non sans tacler le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC).


MathiasOwonaNguini
Cabral Libii (c) Droits réservés

De nombreux Américains pro-Trump ont envahi le Capitole à Washington mercredi 6 janvier 2021, jour où les votes des grands électeurs au Congrès devait sceller la victoire de Joe Biden. Un incident qui écorné l’image de la grande démocratie des Etats-Unis, provoquant des réactions tous azimuts au sein de l’opinion internationale.

Sur sa page Facebook le 8 janvier dernier, le politologue Mathias Owona Nguini a commenté cette actualité. « Ils disent que les institutions américaines sont solides parce que les zélotes trumpistes n’ont pas pu imposer leur volonté illégitime. Par contre, ils dénigrent les institutions camerounaises, les traitant de fragiles, alors qu’elles empêchent les zélotes kamtalibans d’imposer leur volonté illégitime », analyse-t-il.

« Ces institutions politiques américaines que vous idéalisez, poursuit le politologue, en les considérant comme les précurseurs de la démocratie, ont été créées de manière à coexister avec l’apartheid de 1776 à 1965. Soit 189 ans sur ces 244 ans. Ces belles institutions fondées sur l’état de droit et les droits de l’homme n’en ont pas moins coexisté avec l’esclavage systémique de 1776 à 1865 soit 89 ans sur les 244 ans. Ces belles institutions ont été fondées sur l’extermination originaire des Amérindiens. »

Une quinzaine de personnes ont d’ores et déjà été inculpées pour ces actes de révolte des fanatiques de Donald Trump. De même, le compte twitter de l’ex locataire a été définitivement supprimé pour incitation à la violence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Makon Richard Profil

    Richard Makon raconte son parcours : « A l’école, j’étais nul, médiocre, un élément perturbateur, un enfant nuisible »

    Idriss Carlos Kameni : « Je veux retrouver un club et bien finir ma carrière »