in

Nigeria : Les super Falcons ont enfin reçu leur prime de la CAN 2016

Les joueuses de l’équipe du Nigéria ont décidé de passer à une autre étape de la grève

Le gouvernement nigérian a débloqué vendredi plus d’un million d’euros pour couvrir, entre autres, les primes réclamées par les joueuses de la sélection nationale féminine de football.

 


Rita Chikwelu et ses camarades ont assiégé le mercredi 14 décembre, les locaux du Parlement de leur pays à Abuja
Rita Chikwelu et ses camarades ont assiégé le mercredi 14 décembre, les locaux du Parlement de leur pays à Abuja

 

Le bureau de la comptabilité générale du Nigeria a précisé avoir dégagé plus d’1,1 million d’euros pour payer les primes de « victoire exceptionnelle » promises aux footballeuses pour leur victoire à la CAN, ainsi qu’aux joueurs de la sélection masculine pour leurs performances lors des qualifications au Mondial-2018.

Les Super Falcons étaient en grève depuis leur sacre à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) il y a deux semaines. Elles avaient refusé de quitter leur hôtel d’Abuja, la capitale fédérale, à leur retour du Cameroun.

Pour approfondir :   Un forum business sur les CAN 2016 et 2019 du 29 au 30 mai en France

Elles avaient refusé de regagner leurs domiciles malgré les assurances formulées par de hauts responsables, parmi lesquels le ministre des Sports du pays.

Les joueurs de la sélection masculine doivent également recevoir une prime de 5.000 dollars par joueur pour récompenser leurs victoires contre la Zambie et l’Algérie, un match comptant pour les qualifications au Mondial-2018.

Les joueuses ont organisé mercredi une marche jusqu’au parlement du pays pour réclamer leurs primes relatives à leur 8ème titre continental.

Pour approfondir :   CAN 2016 : Contrairement aux rumeurs, les Lionnes ne revendiquent aucune prime

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Amina Mohammed

Une Nigériane comme Secrétaire générale adjointe de l’ONU

Didier Drogba Cote divoire

Drogba : «Dans beaucoup de pays africains, les footballeurs professionnels n’ont pas de statuts »