in

Maurice Kamto : « le candidat du RDPC avait bel et bien été battu dans les urnes le 07 octobre 2018 »

Le président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a fait cette déclaration, le 10 décembre 2023, dans son discours de clôture de la troisième convention ordinaire de son parti.

Kamto convention MRC

Présidentielle 2018 : victoire volé ?

Le candidat à la présidentielle de 2018 continue de revendiquer sa victoire qu’on lui aurait arraché. « Chers Camarades et Amis politiques, en me portant à la tête de notre parti en 2018, vous faisiez de moi le candidat du MRC à l’élection présidentielle du 07 octobre 2018. Notre participation à ce scrutin mémorable a ouvert la voie à une exceptionnelle aventure politique qui s’est conclue, comme vous le savez, sur un Hold Up électoral. Oui, le candidat du RDPC avait bel et bien été battu dans les urnes le 07 octobre 2018, mais a été officiellement déclaré vainqueur avec un score fantaisiste de 71,28% contre 14,23% à votre candidat, et un taux de participation insolite de 100,48% ! Le MRC, le Peuple du Changement et de façon générale les Camerounais ont été spoliés d’une victoire historique », déclare Maurice Kamto.

Il rappelle le fait qu’il n’a pu sauvegarder sa « victoire », malgré les démarches entreprises. « Nous avions gagné ces élections n’en déplaise aux pleureurs et aux pleureuses ainsi qu’aux sceptiques que nos adversaires ont suscités et nourri au sein d’une certaine opinion. L’Histoire le révèlera même au plus incrédules. Nous avons essayé par tous les moyens pacifiques et légaux de faire éclater la vérité aux yeux des Camerounais et du monde: nous avons demandé le recomptage des votes, en vain; nous avons confondu devant le Conseil constitutionnel les représentants de notre adversaire qui ont produit 32 PV trafiqués et sans signatures en montrant factuellement la fausseté de ces document fabriqués à la hâte pour les besoins de la cause; nous avons saisi la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples d’une communication à ce sujet afin qu’elle établisse qui avait tort et qui avait raison. Le pouvoir en place qui a perdu les élections mais conserve par la force la représentation de l’Etat du Cameroun a tout fait pour bloquer cette procédure depuis 2018, y compris en utilisant nos compatriotes servant dans les institutions des droits de l’homme de l’Union Africaine. Nous les connaissons », ajoute l’homme politique.

Pour approfondir :   Coopération :  La France confirme la déclassification des archives sur le Cameroun pour la période 1950-1971

Le leader politique interpelle les camerounais sur leur responsabilité à prendre en ce qui concerne le devenir de ce pays. « Ils peuvent seulement masquer la vérité pendant un moment, mais la vérité éclatera toujours. Que ceux qui ont ainsi usurpé le pouvoir par un hold up électoral continuent d’en jouir pour le septennat en cours, ce n’est plus notre affaire; ils auront réussi à voler un septennat au peuple camerounais, un septennat qu’ils ont gaspillé et au cours duquel ils ont achevé de montrer même à leurs soutiens les plus inconditionnels, au Cameroun comme à l’étranger, qu’ils n’ont aucun projet pour ce pays et aucun amour pour le peuple camerounais. Ils veulent perpétuer ce vol politique lors des échéances à venir. C’est au peuple camerounais et à lui seul de décider s’il veut que ce désastre national continue ou s’il veut ouvrir une nouvelle page de son histoire, inaugurer une nouvelle ère avec des hommes et des femmes de tous les horizons du pays, porteurs de valeurs et d’un projet ambitieux de développement accéléré, de progrès partagé et de rayonnement international », poursuit Maurice Kamto.

Pour approfondir :   Nyong et Kelle : Tentative d’agression du Maire D’Eséka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

la revue de presse 1

La revue de presse camerounaise du mardi 19 décembre 2023

Zogo Martinez Qui

Affaire Martinez Zogo : Le juge Sikati officiellement dessaisit du dossier d’enquête