in

Manuels scolaires : Qu’est-ce qui cloche ?

Screenshot 20220830 120658

Depuis quelques jours, des captures d’écran d’erreurs relevées dans des manuels scolaires qui seraient au programme ne cessent de faire le tour de la toile. 

Selon plusieurs parents, ces erreurs étaient déjà contenues dans les manuels de leurs enfants l’année dernière. L’un d’eux a d’ailleurs affirmé que « c’est fort probable » qu’il s’agisse de fautes contenues dans les livres au programme cette année. Ce parent ajoute : « J’ai également décelé une faute l’année dernière dans le livre de mon fils du CP [cours préparatoire, ndlr]. Il faudrait que les parents prennent également de la peine pour tenir les enfants après les cours sinon hein…»

Une situation qui pousse à s’interroger sur la politique du manuel scolaire dans le pays. En effet, depuis l’année scolaire 2018-2019, les éditeurs locaux sont les plus représentés dans la liste officielle des manuels scolaires inscrits au programme. Selon des statistiques disponibles aux éditions Clé à Yaoundé, les nationaux s’en tirent avec près de 75% du marché.

Pour approfondir :   Cameroun : Le journaliste Noufele Cédrick au coeur des débats sur les réseaux sociaux

Toute chose qui implique une remise en question de la fiabilité de l’édition locale des livres. Dans une tribune publiée en mars 2022 dans le journal Le Jour et écrit par le professeur Ambroise Kom (écrivain et universitaire camerounais, spécialiste des littératures africaines, principalement francophones), ce dernier formule un ensemble de critiques concernant la politique nationale du livre et du manuel scolaire sur lesquelles il convient de revenir point par point. Il est curieusement reproché aux ministères en charge de l’éducation (Minedub et Minesec) de ne pas se limiter à l’élaboration des programmes scolaires et de prendre à leur compte, l’homologation des manuels scolaires évalués par le Conseil National d’Agrément des Manuels Scolaires et des Matériels Didactiques (CNAMSMD). Il convient au préalable de rappeler le lien qui existe entre les programmes scolaires et les manuels. Un programme scolaire pourrait être comparé à une recette culinaire dont le manuel serait le plat dûment préparé, un plan architectural dont la maison bâtie est la matérialisation. Ne pas établir de correspondance entre curricula et production des manuels scolaires reviendrait à imaginer qu’on peut, par le fait du hasard ou de la chance, trouver sur le marché de l’immobilier une maison construite conformément à un plan architectural qui n’a jamais été dévoilé. Le manuel scolaire est donc un ouvrage de commande, assorti d’un cahier de charge précis et détaillé.

Pour approfondir :   Cameroun : un délai d'un mois pour 33 agences de voyages interurbains hors la loi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tchatchou Vanessa

11 ans après, Vanessa Tchatchou rend un vibrant hommage à sa fille «volée»

FB IMG 1661858594430

Affaire Mirabelle Lingom : un des accusés arrêté