in

Le Premier ministre se prononce au sujet du massacre de Mamfé

Le Premier ministre camerounais, Joseph Dion Ngute, a vivement condamné l’atroce massacre survenu à Mamfé, dans la région du Sud-Ouest, où des civils ont été brûlés vifs par des individus armés pressentis comme étant des combattants séparatistes.

Dion Ngute Joseph

En attendant la sortie officielle du gouvernement au sujet de ce que l’appelle qualifie de « massacre de Mamfé, le Premier ministre a exprimé son profond chagrin et a témoigné sa compassion aux familles endeuillées. Dans nuit de dimanche à lundi, un acte de violence d’une rare cruauté a été perpétré à Mamfé, dans la région du Sud-Ouest du Cameroun en proie à un conflit séparatiste depuis plusieurs années. Selon l’ONG Mandela Center, près de 40 civils ont été brûlés vifs, tandis qu’une centaine d’autres ont été grièvement blessés, pendant leur sommeil. Les agresseurs n’ont pas hésité à abattre froidement ceux qui tentaient de fuir.

Condoléances du Premier ministre aux familles des victimess

Face à cette tragédie, Joseph Dion Ngute a désapprouvé ces actes de terrorisme contre des citoyens innocents. Dans une déclaration publique, il a qualifié ces événements d’odieuses et déplorables. « Je suis profondément choqué et attristé par l’attaque survenue à Mamfe la nuit dernière. Je condamne fermement ces actes de terrorisme contre des citoyens innocents, dont le seul objectif est de porter atteinte à la paix et à la sécurité de nos communautés. Odieux ! Déplorable ! Mes condoléances aux familles endeuillées » , a écrit le Chef du gouvernement.

Pour approfondir :   Lutte contre le Covid-19 : Des camerounais fixent leur prix du cache-nez de Cicam qui coute 1300 Fcfa

La réaction du Premier ministre, originaire de cette région, en dit long sur la gravité de la situation. Les populations attendent de connaître les prochaines mesures prises par les autorités pour faire face à cette tragédie et assurer la sécurité des habitants des régions anglophones, où l’insécurité perdure depuis maintenant 7 ans.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ecol Maitress

Nkongsamba : une chasse à l’homme entre les Forces de l’ordre et deux assassins d’une directrice d’école

Motaze Financement

Finances : de nouveaux impôts créés pour élargir l’assiette fiscale au Cameroun