in ,

Le journaliste Arnaud Nguefack victime d’un cambriolage 

Le journaliste de Canal 2 international a été cambriolé à son bureau dans la nuit du mardi 19 au mercredi 20 décembre 2023.

Arnaud Nguefack
Arnaud Nguefack-DR

Un événement alarmant s’est produit siège de Canal 2 International dans la nuit de mardi à mercredi. Le journaliste Arnaud Nguefack, qui suit de près le dossier de l’assassinat de Martinez Zogo, a été volé dans son bureau. Seuls son ordinateur et des documents de travail ont été emportés selon les informations obtenues par Lebledparle.com.

Arnaud Nguefack est un reporter camerounais expérimenté, spécialisé dans les investigations délicates. Il est l’un des rares à travailler encore sur l’affaire Martinez Zogo, plus d’un an après le drame. Sa détermination à faire la lumière avait d’ailleurs amené Arnaud et moi-même à mener une enquête de terrain sur les lieux du crime.

Pour approfondir :   Maahlox : « Je devrais être décoré chevalier de l'ordre de la valeur pour mes chansons »

L’objectif caché du braquage

Eu égard aux objets dérobés, le modus operandi laisse peu de doute sur le fait que cette intrusion visait un objectif précis : dérobé des données que le journaliste avait en sa possession. S’agit-il d’une opération d’intimidation pour le faire taire ? Rien n’est moins sûr. En effet, Arnaud Nguefack avait déjà subi ces derniers jours de tentatives répétées de piratage de son téléphone. Ses confrères s’inquiètent de cette escalade dans les pressions, près d’un an après l’assassinat de Martinez Zogo, qui enquêtait lui aussi sur des sujets sensibles. Une affaire à suivre de près tant la liberté de la presse est essentielle au Cameroun.

Pour approfondir :   Le père de Flora Zé raconte le film du décès de sa fille

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

insalubrite Yaounde

En vacances au Cameroun, une femme de la diaspora traduite au Commissariat après avoir critiqué l’insalubrité dans la ville de Yaoundé

19% du budget de l’Etat du Cameroun dépensé dans lignes 57, 65 et 94