in

La revue de presse camerounaise du mercredi 20 mars 2024

Très chers abonnés, bonjour et merci de nous renouveler une fois de plus votre confiance ce matin, dans le cadre de cette revue de la presse matinale. Retrouvez ci-dessous, les informations telles que traitées dans  les journaux parus en kiosque ce 20 mars 2024.

revue de presse

Le journal satirique Le Popoli parle en sa grande une, d’Étoudi 2025, et fait savoir le MRC de Maurice Kamto « redoute l’anticipation ». Dans une illustration, notre confrère tente un rapprochement entre le Cameroun et le Sénégal, et se demande si comme Macky Sall quitte la scène avec Sonko, la situation ne sera pas similaire au Cameroun.

Mais en attendant d’avoir une réponse à cette problématique de Le Popoli, InfoMatin nous plonge dans les dédales du Parti camerounais pour la Réconciliation nationale (PCRN). Dans cette édition, l’on apprend que Robert Kona, fondateur de cette formation politique appelle les autorités à sceller son quartier général. À en croire le quotidien InfoMatin, le président-fondateur du PCRN accuse dans un daté du 17 mars, le député Cabral Libii et son équipe de transformer le parti en un instrument « d’insurrection ».

Le journal L’Action du comité central du RDPC nous apprend ce matin que le parti s’apprête à tourner le 24 mars 2024, une autre page de son existence. En célébrant le 39e anniversaire de leur formation politique, « militants et les responsables du Parti ne peuvent pas s’empêcher de se projeter d’ores et déjà sur le 24 mars 2025. Quel que soit le calendrier électoral, le parti devra alors montrer de grandes capacités de résilience et être prêt à mener de front la présidentielle et d’autres scrutins », peut-on lire.

Le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) fait incursion au sein de l’Ordre national des médecins. C’est en tout cas ce que nous fait savoir Le Témoin en kiosque ce matin. En effet, au lendemain des mesures conservatoires prises par le ministre de la Santé publique Manaouda Malachie à la suite d’une faute administrative lourde commise par le Directeur de District de Messamena, l’Ordre national des médecins du Cameroun fait une sortie demandant au ministre de revoir sa décision, écrit le journal. Les détails en page 3.

Pour approfondir :   La revue de presse camerounaise du jeudi 1er février 2024

12 millions de transactions traitées sur Gimacpay en 2023. C’est ce que renseigne le quotidien de L’Économie, dans sa parution de ce matin. Selon le tabloïd, ce chiffre est en hausse par rapport à 2022, selon les chiffres publiés par le Groupement interbancaire monétaire de l’Afrique Centrale (Gimac).

Perturbations du réseau Internet. Le bihebdomadaire La Voix Des Entreprises renseigne que plus d’un demi-milliard de FCFA de pertes, ont déjà été enregistrées. Les services bancaires, e-commerce, transfert et retrait d’argent, services de transports, services publics digitalisés… sont impactés depuis le 14 mars 2024 au Cameroun. Plus de précisions en page 3 du journal.

« Il y avait quoi avant ? », l’expression qui fait la Une des réseaux sociaux depuis quelques semaines au Cameroun fait la grande Une d’EcoMatin de ce matin. Dans son analyse, notre confrère indique que résume la déclaration de la ministre de l’Habitat et du Développement urbain, le 5 février, à Maroua, où elle effectuait justement une visite des chantiers routiers, comme étant une « sortie de route ». Une routine pourrait-on dire, si cette formule « Il y avait quoi avant ? » N’était pas sortie de son foulard. Reprise de manière virale et sortie à dessein de son contexte, la phrase tourne depuis lors en une controverse sur le bilan économique Ahidjo – Biya. L’enjeu est à présent de savoir quel impact politique les propos de la vibrionne Célestine Ketcha Courtès, activiste à souhait et adepte des polémiques, auront à l’approche d’une présidentielle qui commence à crisper l’atmosphère politique. Des éléments de réponse dans les colonnes du bihebdomadaire d’Émile Fidieck.

Pour approfondir :   Michael Ngadeu : «Je respecte énormément Nicolas Nkoulou… c’est une icône du football camerounais»

La Voix des Jeunes parle dans sa parution de ce matin de la Santé sexuelle et reproductive. Dans ce chapitre, l’on apprend que la Camnafaw a formé 43 pairs éducateurs, dans le cadre de la mise en œuvre du projet dénommé « Ado Avance Ensemble », financé par l’Union européenne. Cette initiative, apprend-on, est conforme aux missions que s’est donné l’ONG, grâce aux techniques de facilitation créative, de former ces pairs éducateurs en éducation complète à la sexualité.

« Université d’État : La fièvre des décrets », lit-on en grande Une de Mutations. En kiosque ce jour, notre confrère explique que la nomination du recteur de l’université de Yaoundé 2 au Conseil constitutionnel et l’expiration des prorogations d’activité ravivent le suspense des actes présidentiels au sein de la communauté universitaire depuis le 18 janvier 2024.

Crime à Banganté. Une fillette a été violée, sodomisée, assassinée et retrouvée morte chez un agent de la police. Le récit est du journal La Voix du Centre dans son édition en kiosque ce jour. Les tours et les contours de cette affaire à lire en page 3.

« Vulgarisation des TIC : 56 handicapés rendus handicapables par l’IAI-Cameroun », selon La Météo. D’après le journal, ces personnes vulnérables ont, ce 16 mars reçu leurs attestations des mains du Représentant-Resident, Armand Claude Abanda, au campus du Centre d’excellence technologique Paul Biya de Nkolanga’a, banlieue de Yaoundé.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Val Pemi

Valsero dénigre Faris Moumbagna après avoir reçu les menaces de ses avocats : « je donnais un peu de force à ton nom »

Francis Ngannou Doumbe 1

Pour Cédric Doumbè, Francis Ngannou reste « un monument sportif »