in

L’émouvant message de Nathalie Koah à Coco Emilia et Francis Evemba  

Maried

Nathalie Koah a congratulé le nouveau couple qui a convolé en justes noces le weekend dernier au Cameroun.

Maried
Le couple Evemba  (c) Droits réservés

La publication de la photo de mariage de sa compatriote sur son mur était une première preuve que la hache de guerre a été enterrée entre les deux personnalités publiques. Pour joindre ce geste à la parole, l’auteure du livre « Revenge Porn » a félicité le nouveau couple qui lui est proche.

« À la plus magnifique des mariées Émilia Mvemba, mes vives félicitations. Une cérémonie parfaitement orchestrée, des rires et de l’émotion en pagaille, quel délice : BRAVO. Je vous souhaite Francis et toi d’être heureux très longtemps dans une merveilleuse vie à deux qui saura vous correspondre », a formulé la promotrice de NK Tv le 14 avril 2021 sur le réseau social Facebook.

Pour approfondir :   Cameroun : La revue de presse du jeudi 17 février 2022

Le message de la femme des médias survient après qu’elle s’est rendue en compagnie de l’actrice ivoirienne Emma Lohoues, chez Coco Emilia bien avant son mariage.

De passage à Abidjan dans le cadre d’un projet commun avec Emma Lohoues, Suy Fatem et Coco Emilia, l’ex-hôtesse affirmait avoir passé l’éponge : « Les clashs existaient bel et bien. C’était réel. Mais nous avons compris certaines choses. Aujourd’hui il n’y a plus de clashs. Nous unissons nos forces pour avancer dans un projet commun ».

Pour approfondir :   Découverte: Inorie FOTSO, la fille du milliardaire camerounais à la conquête du Monde[Video]

 Le « Biscuit de Mer », ancienne présentatrice de l’émission « Les lifeuses », est désormais la propriété du l’homme d’affaires congolais Francis Mvemba.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Henriette Ekwe et Cabral

Henriette Ekwé : « Je crois que Cabral Libii n’est pas normal… »

Capture prosper nkou

Pr Nkou Mvondo : « Je regrette vraiment la réaction du recteur qui aurait dû nous laisser accueillir notre collègue »