in

Jean Robert Wafo : « Le Sdf est au demeurant convaincu de ce que monsieur Hervé Emmanuel NKOM est camerounais… »

wafo jean robert etv

Le débat ne s’estompe pas au sujet de la mise à l’écart de Hervé-Emmanuel Nkom. Après son passage à l’Arène le dimanche le 22 décembre 2019, sur Canal 2, le parti de John Fru Ndi a réagi au débat suscité par sa disqualification de la course à la députation.


wafo jean robert etv
Jean Robert Wafo – capture vidéo

La candidature du militant du RDPC, parti au pouvoir, au poste de député dans le Wouri-Est, a été disqualifiée pour double nationalité, suite à un recours introduit par le SDF à travers L’honorable Jean-Michel Nintcheu, son président régional pour le Littoral.

Pointé du doigt par M. Nkom, le parti de John Fru explique ce recours dans une mise au point publiée ce 26 décembre 2019 par Jean Robert Wafo, son responsable de l’information et des médias. Pour le SDF «M. Hervé Emmanuel Nkom est victime des turpitudes de son propre parti».

« Au-delà du tohu-bohu observé sur les réseaux sociaux après la requête du SDF au Conseil constitutionnel concernant la circonscription Wouri-est, il convient de repréciser l’objectif de la requête du SDF au Conseil constitutionnel. M. Hervé Emmanuel Nkom est victime des turpitudes de son propre parti qu’il n’a eu de cesse de défendre avec frénésie. Nul ne saurait se prévaloir de ses propres turpitudes », indique le Social Democratic Front.

Le parti de la balance reconnait la camerounité du Franc Maçon affirmé, mais la loi ne le reconnait pas. Et comme tel, il faut qu’on règle définitivement cette affaire de double nationalité. « Le Sdf est au demeurant convaincu de ce que monsieur Hervé Emmanuel NKOM est camerounais, mais il faut que la loi le reconnaisse expressément. À travers son cas, le Sdf souhaite résoudre définitivement la question de la double nationalité qui va au-delà de sa seule personne », écrit Jean Robert Wafo.

La première formation politique de l’opposition rappelle qu’elle avait « fait une proposition de loi tendant à la reconnaissance de la double nationalité au cours de la session de mars 2014 à l’Assemblée nationale ; laquelle a été réitérée au GDN (Grand Dialogue National). Seulement, le gouvernement s’est moqué de ses efforts et a freiné des quatre fers pour que rien n’avance, alors que le développement du Cameroun passe et passera nécessairement par sa diaspora qui, faut-il le rappeler, est de très haute qualité », lit-on.

Pour approfondir :   Chantier de la CAN : Pourquoi plus rien n'avance ?

Lebledparle.com vous propose l’intégralité de la mise au point du SDF.

MISE AU POINT

Au-delà du tohu-bohu observé sur les réseaux sociaux après la requête du Sdf au Conseil constitutionnel concernant la circonscription Wouri-est, il convient de repréciser l’objectif de la requête du Sdf au Conseil constitutionnel. M. Hervé Emmanuel Nkom est victime des turpitudes de son propre parti qu’il n’a eu de cesse de défendre avec frénésie. Nul ne saurait se prévaloir de ses propres turpitudes.

Il se passe que lorsque le Sdf montre la lune, certains esprits aux desseins inavoués ne voient que le doigt pointé vers le ciel.

Le SDF a en effet fait une proposition de loi tendant à la reconnaissance de la double nationalité au cours de la session de mars 2014 à l’Assemblée nationale ; laquelle a été réitérée au GDN. Seulement, le gouvernement s’est moqué de ses efforts et a freiné des quatre fers pour que rien n’avance, alors que le développement du Cameroun passe et passera nécessairement par sa diaspora qui, faut-il le rappeler, est de très haute qualité.

Pour que cette situation ubuesque soit débattue comme c’est le cas actuellement, il fallait frapper au cœur du système et mettre le gouvernement en face de ses incohérences et de ses incongruités.

Le Sdf est au demeurant convaincu de ce que monsieur Hervé Emmanuel NKOM est camerounais, mais il faut que la loi le reconnaisse expressément. À travers son cas, le Sdf souhaite résoudre définitivement la question de la double nationalité qui va au-delà de sa seule personne.

Il convient d’avoir l’honnêteté de reconnaître que depuis le verdict du Conseil constitutionnel, la question de la double nationalité n’a jamais été autant débattue dans les chaumières, et c’est déjà une petite victoire vers la reconnaissance de la double nationalité.

Tel était le sens de notre démarche au SDF. Il est dès lors contre-productif de tirer sur le Sdf, pionnier dans les luttes pour les timides avancées démocratiques connues jusqu’ici, sans avoir compris les véritables enjeux.

Déposée au bureau de l’Hémicycle au cours de la session de Mars 2014, cette proposition de loi n’a pas pu franchir la porte de la conférence des présidents. En violation de l’article 27 alinéa 3 du Règlement de l’Assemblée nationale qui stipule que  » lorsque, à l’issue de deux sessions, une proposition de loi n’a pu être examinée, celle-ci est de plein droit examinée au cours de la session ordinaire suivante ».

De ce qui précède, il est constant que cette proposition de loi aurait dû être examinée en plénière de l’Assemblée nationale au cours de la session du mois de novembre 2014.

Jean Robert Wafo

Pour approfondir :   Nganou Djoumessi tente de dissuader les grévistes du Matgénie avec une enveloppe de 700 millions de FCFA

Ministre du shadow cabinet du Sdf en charge de l’information et des médias


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Alaka Alaka Pierre ABK RADIO

Recrutement des enseignants du supérieur : Pierre Alaka Alaka accuse Magloire Fouda de créer la zizanie

host figil

Cameroun : Fidjil et CaroleTchameni livrent les secrets du métier de « Host »