in

Jean Robert Wafo : « Le gouvernement détient tous les leviers pour un retour de la paix dans le NoSo»

Jean Robert Wafo : « Le gouvernement détient tous les leviers pour un retour de la paix dans le NoSo»

Dans le quotidien Mutations du mardi 5 octobre 2021, Jean Robert Wafo, Ministre du shadow cabinet du SDF en charge de l’information et des médias s’est prononcé sur l’anniversaire du grand dialogue national. Le gouvernement mettre un terme à la guerre au Noso, pense l’homme politique.

Jean Robert Wafo : « Le gouvernement détient tous les leviers pour un retour de la paix dans le NoSo»
Jean Robert WAFO Ministre du shadow cabinet du SDF en charge de l’information et des médias. – Capture photo

Ci-dessous, l’intégralité du texte.

Le GDN deux ans après.

L’intégralité de ma réaction parue dans le quotidien Mutations de ce mardi 5 octobre 2021.

Le GDN DEUX AN APRÈS :

Deux ans après la tenue du Grand dialogue national, il est difficile, au vu de la recrudescence des violences et du nombre de morts sans cesse croissant, de donner du tort à ceux qui estiment que le verre qui était à moitié plein est malheureusement entrain de se vider.  La tenue du GDN avait été dictée par la crise dans les deux régions du nord-ouest et du sud-ouest et il était question de ramener la paix dans ces deux régions. Deux ans après, peut-on dire que le but a été atteint ? Évidemment non puisque la paix n’y est toujours pas revenue. L’activité économique est quasiment paralysée en dépit de la mise sur pied de la commission pour la reconstruction de ces deux régions. Les bandes armées qui commettent des violences inouïes et innommables ont-elles déposé les armes ? Non. Elles ont plutôt densifié leur armement.

Le niveau de transfert de 15% des recettes de l’Etat aux collectivités territoriales décentralisées n’est pas atteint. On en est qu’à 7% après deux exercices budgétaires. L’Etat central et les organismes qui lui sont rattachés continuent de concentrer la quasi-totalité des prélèvements obligatoires (plus de 85%). Le recrutement et la gestion par les communes d’arrondissement du personnel infirmier et paramédical des centres de santé intégrés (CSI) et des centres médicaux d’arrondissement (CMA).ne sont pas encore effectifs puisque c’est le ministère de la santé qui continue à exercer cette compétence depuis Yaoundé. Le recrutement et la prise en charge du personnel enseignant des établissements préscolaires, des écoles primaires et maternelles ne sont toujours pas d’actualité puisque les recrutements des instituteurs sont effectués par le ministre de l’éducation de base. Aucune compétence d’envergure susceptible d’accroître les recettes n’a été reversée aux communes d’arrondissement du fait d’une absence de volonté politique. C’est le cas des marchés et des substances naturelles non concessibles telles que les produits de carrières (pouzzolane, graviers, etc). Les conseils régionaux ont été créés mais ne disposent pas encore de moyens à la hauteur des compétences qui leur sont dévolues à savoir le développement économique, la santé, les infrastructures, le transport, l’urbanisme, l’habitat, l’action sociale, l’éducation, la gestion de l’eau et de l’énergie ainsi que la promotion des langues et des cultures nationales dans leurs territoires.

Dans les deux régions du nord-ouest et du sud-ouest spécifiquement, le Code général des collectivités territoriales décentralisées mentionne qu’elles bénéficient d’un statut spécial fondé sur la spécificité linguistique. Outre les compétences dévolues à toutes les régions, il était question de mettre sur pied un système éducatif et un système judiciaire particuliers dont les modalités devaient être fixées par des lois spécifiques.  Ces lois spécifiques n’ont pas encore été acheminées au Parlement deux ans après la tenue du Grand dialogue national. La question du retour des réfugiés et des déplacés internes n’est pas encore réglée. Une commission avait pourtant été dédiée à cet épineux problème. Les questions fondamentales qui ont meurtri et divisé nos compatriotes des deux régions anglophones n’ont toujours pas été traitées. L’autonomie décisionnelle et financière n’est pas encore formelle.

Les insuffisances et/ou pièges :

Les résolutions du GDN comportaient des insuffisances et/ou des pièges à l’instar de l’absence de délai ferme pour la mise en œuvre globale de toutes les recommandations prescrites, la non inscription d’un calendrier des différentes étapes des réformes ainsi que le caractère non contraignant des résolutions. Ces insuffisances et/ou pièges auraient dû mériter tout au moins des compléments d’informations du gouvernement au Parlement en particulier et aux populations en général pour les mettre en confiance.

Le gouvernement a opté pour deux solutions distinctes dans les deux régions concernées.  Le durcissement de l’option militaire dans le nord-ouest et le renforcement du dialogue dans le sud-ouest. Cette guerre sera à terme ruineuse pour notre économie.

Il est nécessaire et important que la paix revienne dans ces deux régions. Rien de durable ne peut se faire sans la paix. Sans la paix des cœurs. Le Président de la République doit personnellement piloter cette crise. En période de crise, on ne délègue pas la fonction présidentielle. Surtout pas aux faucons du système. Au sein du gouvernement, la gestion politique de cette crise peut être confiée au Premier ministre qui, en plus d’être un Chef traditionnel de premier degré originaire du sud-ouest, présente la particularité d’être un diplomate tempéré, pondéré et  réservé. Il a le profil idéal pour cette lourde tâche. Le Président de la République peut, dans un sursaut de sagesse que lui confère forcément son âge, décréter le cessez-le-feu dans les deux régions anglophones. Ce qui ne veut pas dire qu’il faut désarmer l’armée. Si les bandes armées ne suivent pas, l’opinion publique nationale et internationale sera prise à témoin.

Le Cameroun brûle depuis le début de cette crise dans les deux régions du nord-ouest et du sud-ouest avec risque d’effet domino dans d’autres régions. En période d’incendie, on a besoin de tous les seaux d’eau pour l’éteindre. Il faut absolument assécher l’idéologie sécessionniste qui est à proscrire. Le Président de la République peut solennellement convoquer puis  rencontrer les leaders de formations politiques, les leaders des formations liberales, les leaders religieux ainsi que ceux de la vraie société civile. Cette union sacrée passe évidemment par la libération des prisonniers politiques embastillés dans le cadre de cette crise ainsi que la libération de tous manifestants incarcérés à la faveur des différentes marches pacifiques. Un geste avait été fait dans ce sens à la fin du Grand dialogue national. pour détendre l’atmosphère politique après le Grand dialogue national. Au cours de ces audiences, le Président de la République peut demander à ces leaders de se joindre au Premier ministre, chef du gouvernement, et les mettre par la suite en mission de bons offices  pour rencontrer les différents leaders masqués ou pas de la sécession à l’effet de se retrouver autour de la table pour des négociations. Même si ceux-ci font exigence de ce que les rencontres doivent s’effectuer à l’extérieur du pays pour assurer leur sécurité, consentir à cette demande puisque la paix n’a pas de prix. Une fois ces discussions entamées,  ce sera déjà un pas décisif pour un retour à la paix qui n’a pas de prix. Rien ne vaut la paix. Les différentes options seront mises sur la table des négociations. Parallèlement, afin de susciter une compréhension et une adhésion populaires, une vaste campagne d’information et d’explication devra être organisée et menée par des personnes crédibles dans les deux régions du nord-ouest et du sud-ouest.  Le SDF reste bien entendu convaincu que seul le retour au fédéralisme, prôné depuis sa création, isolera les extrémistes et ramènera la paix qui nous est tous si chère.

Le gouvernement détient tous les leviers pour une décrispation et un retour de la paix dans le NoSo. À condition de jouer franc jeu et surtout de mettre les faucons de côté.

Jean Robert WAFO

Ministre du Shadow Cabinet du SDF en charge de l’Information et des Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Suite à la défaite de l’Italie face à l’Espagne, l’Algérie n’est plus qu’à 9 matches du record de tous les temps

    Suite à la défaite de l’Italie face à l’Espagne, l’Algérie n’est plus qu’à 9 matches du record de tous les temps

    Nord-Ouest : Maurice Kamto condamne sans réserve l'attaque du convoi de Joseph Dion Nguté

    Nord-Ouest : Maurice Kamto condamne sans réserve l’attaque du convoi de Joseph Dion Nguté