in

Jacques Fame Ndongo : « Paul Biya est le chef d’orchestre. Nous sommes ses succédanés »

J Fame Ndongo

Cette déclaration a été faite à l’occasion de la célébration des 40 ans du magistère de Paul Biya à la tête de l’Etat du Cameroun, le dimanche 06 novembre 2022.

Au cours de ce grand meeting politique d’anniversaire de leur champion, le Ministre d’Etat, Secrétaire à la communication du CC du RDPC, magnifie le règne de l’homme du 06 Novembre 1982. Etant déjà la « créature », il innove cette fois, en soulignant que lui et ses camarades sont des succédanés du locataire d’étoudi.

« Dans les palpitations patriotiques de cette magnifique permanence du Parti métamorphosée qui écrit, en ce jour béni des Dieux, avec magnificence, les pages inoubliables du Renouveau National à Sangmelima la belle, je suis venu entonner, avec vous, l’hymne épatant de l’An 40 du Renouveau National. Cet hymne résonne dans nos cœurs avec émotion et affection, car l’Homme du 6 novembre 1982 est, certes, avant tout, un Homme-Nation, un Président de tous, par tous et pour tous, mais il est aussi, et l’un n’exclut pas l’autre, un authentique fils d’ici, le virtuose et l’esthète de la politique, l’Emmanuel Kant de la politique, le natif charismatique de la Terre promise (Mvomeka’a), le Dinosaure régalien, le Génie de la terre promise (Mvomeka’a). Il est le meilleur d’entre nous. Il est le premier sans second. Il est le chef d’orchestre. Nous sommes ses succédanés», indique l’extrait du discours du Pr. Jacques Fame Ndongo.

Pour approfondir :   Cameroun : Le Député Wirba depuis Londres demande aux anglophones de rester unis

À  cette occasion, les militants du RDPC ont offert au Chef de l’Etat une chaise royale.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mini Bruno Bidjang New copy 1920x1080 1

Bruno Bidjang : « si je pouvais aussi avoir Paul Biya ou Franck Biya ce soir sur Vision 4 »

Raymonde Linda

Lynda Raymonde : « il est temps que la grande famille des karatékas camerounais engage un dialogue franc autour d’une même table »