in

Grève des Avocats : Un professeur de droit demande la destitution du Bâtonnier

Gatsi Jean

Ainsi donc du 16 au 20 septembre, les avocats sont appelés à ranger leurs robes et à ne pas se rendre dans les tribunaux. La décision durera 5 jours. Depuis ce matin, aucun avocat n’est dans les tribunaux. Un signe fort que les Avocats du Barreau veulent mettre un terme à leur souffrance.


Gatsi Jean
Jean Gatsi – capture photo

Si la grève des Avocats est saluée par certains, ce n’est pas le cas pour d’autres, à l’instar du Pr Jean Gatsi qui accuse Me Charles Tchakounté Patié de politiser et de tribaliser le Barreau camerounais. « Appel à la destitution du bâtonnier de l’ordre des avocats du Cameroun. Par ce communiqué, Maître Tchakounte a politisé et tribalise le barreau du Cameroun. Je demande sa destitution », a écrit l’enseignant de droit à l’université de Douala sur sa page Facebook ce dimanche 15 septembre 2019.

Pour approfondir :   Littoral : Une enquête de sécurité ouverte contre le médecin chef de l’hôpital de district de Nylon

Selon les informations recueillies par Lebledparle.com sur le terrain, le mot d’ordre de grève est respecté dans tous les tribunaux de la Républiques, malgré les premières mesures prises par le gouvernement.

Pour rappel, le conseil de l’ordre des avocats du Cameroun a lancé le mot d’ordre de boycott des tribunaux après avoir constaté de graves violations dans l’exercice de la fonction d’avocat au Cameroun. Plus d’une dizaine de constats relevés par le conseil allant des frustrations, voir des intimidations des hommes en robe qui sont refoulés et menacés quand ils veulent entrer en contact avec leurs clients.

Pour approfondir :   Stade d’Olembe : L’entreprise Poccini annonce le paiement des arriérés de salaires des ouvriers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

upc manidem

Cameroun : L’UPC-MANIDEM se prononce sur le Dialogue national annoncé

Mathias Eric Owona Nguiini

Owona Nguini : « Aucun effet nocif sur le grand dialogue »