in

Fiston MWANZA MUJILA: « L’annonce du sacre de Tram 83 au Grand Prix des Belles-Lettres m’a fait un grand bien »

Fiston Mwanza Mujila

Il est lauréat des grands prix des associations littéraires (GPAL) 2015 dans la catégorie « Belles-lettres » avec son œuvre « Tram 83 » .

Fiston Mwanza Mujila
Fiston Mwamza – (C) Philipe Matsas

Né à Lubumbashi en République Démocratique du Congo, Fiston MWANZA MUJILA est Considéré comme l’une des nouvelles voix de la littérature congolaise. Ses projets littéraires sont nombreux. En dehors de  » Tram 83″ qui comme le relève Michel ABESCAT dans sa note de lecture pour Télérama qui est « une partition, les mots comme autant de notes, qui brassent théâtre et poésie, et puisent au rythme d’une ville-pays, quelques part en Afrique centrale où s’agglutine une faune fiévreuse, sans hier ni après-demain, avide de plaisirs et de frics faciles », le congolais est également l’auteur des ouvrages  « Funérailles d’Ignace d’Antrian » ; « Un corps vide » ; « Poèmes et rêvasseries de Poèmes de l’aube contractée, reconvertie et perpétrée dans l’arène des sépultures maudites… » ou encore « Craquelures, L’Arbre à paroles ». Rencontre avec Fiston MWANZA MUJILA.

Severin Ibara : Quel a été votre sentiment en apprenant que vous veniez d’être sacré lauréat de la catégorie Belles-Lettres à l’édition 2015 des Grands Prix des Associations Littéraires ?

Fiston Mwanza Mujila : Je voudrais utiliser la métaphore de l’eau ou du fleuve. Prenons le cas d’un fleuve, le Congo… Le fleuve s’accouche- pendant la journée ou la nuit, je ne sais pas trop mais ce qui est vrai- dans une grande solitude, un délabrement total… Il traverse par, la suite, tout le territoire national et se défenestre dans l’océan. Durant son long marathon vers l’océan Atlantique, le fleuve est alimenté par une foule d’affluents. L’écriture répond à une logique similaire. On tisse les phrases «dans la solitude des champs de coton » mais la composition prend tout son sens lorsque le livre paraît, rencontre un lectorat ou obtient un prix littéraire. L’annonce du sacre de Tram 83 au Grand Prix des Belles-Lettres m’a fait un grand bien. Vous êtes ces affluents qui nous alimentent… Je vous en remercie !

Et si l’on vous disait que pour les inconditionnels de la bonne vieille et pudique littérature, Fiston Mwanza Mujila devrait « se mettre à l’abri de son inspiration » ?… (L’expression est de vous, bien sûr).

Pour approfondir :   Cameroun: C’est parti pour le Grand prix des Associations littéraires 2018

Je ne sais plus dans quel contexte j’ai utilisé la sentence. Je voudrais calibrer ma réponse suivant le titre d’un roman de Mongo Béti: Trop de soleil tue l’amour. Trop d’inspiration débranche l’inspiration. L’accumulation génère l’évanouissement et la constipation.

L’une des particularités de « Tram 83 » semble être ce mélange de genres qui se refuse à toute catégorisation typique. Si vous deviez n’en choisir qu’une pour plaider votre cause, quelle étiquette vous conviendrait le mieux : poète, dramaturge, romancier ?

Je ne me revendique d’aucune appartenance. Je suis arrivé à la littérature par le biais de la poésie. Je prends le chemin du roman, de la nouvelle ou du théâtre comme si j’allais à un bal. Mon écriture s’origine d’abord dans la poésie. Je recours au même lexique d’un genre littéraire à un autre. J’observe le monde à partir de mon cockpit de poète. La poésie m’a appris, précocement, à croire en la puissance de la langue, à me servir de toutes ses ressources, à faire d’elle une «Apocalypse joyeuse » pour reprendre l’expression d’Hermann Broch. Je nage dans plusieurs sphères linguistiques. A la longue, on n’a plus de langue. Il faudrait donc procéder en sens inverse: chercher la langue dans le ventre… Ce travail d’archéologue ou de mineur artisanal – creusant à mains nues, défiant la fatigue, la faim, les maladies et les éboulements- emprunte au théâtre, à la poésie et au roman.

En lisant votre livre on pourrait ne pas avoir le sentiment que l’Afrique soit aujourd’hui « The place to be », même pour les Africains. Êtes-vous conscient d’avoir exagéré quelque peu les maux et tares du « mboka » pour fabuliser davantage votre histoire ?

Pour approfondir :   RDC : Le ministre de la Justice, Célestin Tunda Ya Kasende démissionne

Tram 83 n’a pas forcement la vocation d’être un roman congolais ou africain. Il peut être considéré comme un roman pakistanais ou russe. Mon discours s’articule, se démembre à partir d’un lieu. Et ce lieu me nourrit mon imaginaire même si l’ancrage demeure le pays. Vous serez aussi d’accord avec moi que la littérature c’est du cinéma. Elle n’est pas toujours une pâle copie de la réalité. C’est cela notre grande chance: jouer avec la langue, déplacer les falaises, inventer des personnages, échafauder des récits… Je suis né dans une région minière. Je ne résiste pas (encore de la poésie !) à me définir comme le fils aîné de la mine et des chemins de fer. Depuis l’enfance, je cultive une obsession pour l’univers minier. L’artisanat de la mine peut être une malédiction lorsque les conditions de travail ne sont pas réunies. Les creuseurs artisanaux (quelque en soit le pays ou l’époque) accréditeront mon point de vue. Tram 83 est un texte qui s’encre dans une expérience universelle et use d’une certaine élégance (encore de la poésie !) pour énoncer la laideur.

Que vous inspire Cheikh Anta Diop,  votre co-lauréat des GPAL 2015, distingué notamment dans la catégorie Grand Prix de la Mémoire ?

Après tout le lavage de cerveau orchestré à l’époque coloniale, revu et réactualisé dans l’Apocalypse joyeuse et tonitruante de nos républiques bananières, la relecture de l’œuvre de Cheikh Anta Diop s’avère une nécessité. Il figure parmi ces penseurs (africains) à l’instar de Mudimbe, Achille Mbembe, Eboussi Boulaga, Souleymane Bachir Diagne…qui me tiennent compagnie.

Et pour terminer, quels sont vos projets littéraires imminents ?

Ecrire …

©Interview réalisée avec le concours de l’Equipe des GPAL


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

http://www.lebledparle.com/images/Call-box.jpg

Grève des «Call-boxeurs»: vers une sortie de crise ?

Cote divoire crise

Côte d’Ivoire: 03 jours de deuil national pour les 18 victimes de l’attaque de Grand Bassam