in

L’implication de Jacob Desvarieux sur la scène musicale camerounaise

Jacob

Le guitariste guadeloupéen, Jacob Desvarieux est mort vendredi 30 juillet 2021 au Centre Hospitalier universitaire de Guadeloupe des suites du Covid-19 à l’âge de 65 ans, ont annoncé les médias locaux.

Jacob
Jacob Desvarieux (c) Droits réservés

Jacob Desvarieux avait été interné le 12 juillet au CHU de Guadeloupe après avoir été contaminé par le coronavirus. De santé fragile depuis une greffe rénale, il avait été placé en coma artificiel, comme l’indiquait récemment la production du groupe Kassav’, qui avait également annoncé annuler tous les concerts prévus.

« Les Antilles, l’Afrique et la musique viennent de perdre l’un de ses plus grands Ambassadeurs. Jacob grâce à ton art, tu as rapproché les Antilles à l’Afrique. Dakar où tu as vécu te pleure. Adieu l’ami », a tweeté le chanteur sénégalais Youssou Ndour, figure majeure de la world music.

Le musicien guadeloupéen basé en métropole entretenait avec le continent africain et ses artistes une relation étroite de longue date.

Durant plus de quatre décennies avec la formation Kassav’ dont il était devenu de facto le leader, il a porté l’étendard de la musique antillaise. À son palmarès au sein du collectif, entre autres, le premier Disque d’or pour la Guadeloupe en 1986, une Victoire de la musique en 1988, dix Zéniths à Paris remplis pour les dix ans d’activité (1989), deux Bercy pour ses vingt ans, le Stade de France pour ses 30 ans, La Défense Arena (plus grande salle d’Europe avec 40 000 spectateurs) pour la décennie suivante en 2019.

Liaison camerounaise

Au Studio Johanna à Bagnolet, aux portes de la capitale, il s’occupe de la prise de son. Si l’époque, est riche en rencontres, elle l’est aussi sur le plan créatif : impliqué dans Kassav’, conçu à l’origine comme un laboratoire de recherche pour élaborer un style moderne propre aux Antilles et identifiable, le musicien multiplie les collaborations, notamment avec les artistes camerounais. « Il fait partie de la légion étrangère du makossa […] Il a participé à près de 90% des productions camerounaises, tous rythmes confondus », écrit Jean-Maurice Noah dans son ouvrage Le Makossa, une musique africaine moderne paru en 2010

Au cœur de la scène afro-funky-disco, il intervient aussi bien sur les projets du natif de Douala Pasteur Lappé, roi du sekele movement, que de la Tunisienne Chantal Curtis.

Dernier passage au Cameroun

Le dernier passage de l’artiste en terre camerounaise remonte au 13 novembre 2020. Jacob Desvarieux et Jocelyne Beroard, pionniers de la musique zouk, avaient offert un spectacle sans pareil au cabaret Boukarou Lounge.

Au sein du groupe, comme en « B2B » sur des collaborations entre des membres et des musiciens camerounais. Dans les récits de leurs concerts au Cameroun, les rendez-vous de 1987 et 1998 sont inscrits en tête. Ce sont d’ailleurs les deux seuls vécus et consommés au pays de Manu Dibango et de Mbida Douglas. Camerounais a passé plusieurs décennies au sein du groupe mythique né en 1979, après avoir fait connaissance avec Jacob Desvarieux en 1976 et par la suite avec les frères Décimus en 1982.

Quelques dates inoubliables

Le dimanche 27 décembre 1987, ils font la fête avec les spectateurs du Stade Ahmadou Ahidjo, au cours d’un mini festival de musique porté à l’époque par un jeune homme d’affaires, Jean Pierre Ndjemba Elemva, à l’occasion du jubilé de Roger Milla. Cette tournée qui s’étale du 27 décembre au 3 janvier 1987 entre les deux capitales, précède celle de 1998, moins heureuse.

Si le show du 11 février de cette année-là est réussi au Stade de Bépanda à Douala, celui du 14 février à Yaoundé l’est moins, la faute à la catastrophe de Nsam survenue cette après-midi-là, quelques heures avant le concert. 18 ans que les fans camerounais attendent de voir les Kassav’ au complet sur une scène…

https://www.youtube.com/watch?v=JT3PplXW-_M

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

le 2 aout 2021

Cameroun : La revue de presse du lundi 2 août 2021

Soutien marche rdpc

Les militants RDPC du Bamboutos disent non à la diaspora hostile à Paul Biya