in

Financement des Collectivités locales : la Côte d’Ivoire et la Guinée à l’école camerounaise

Feicom financement

Dans le cadre de la coopération entre les Institutions africaines de financement des Collectivités locales, la Direction Générale du FEICOM accueille ce lundi 05 septembre 2022, une délégation du Fonds des Prêts aux Collectivités Locales (FPCL) de la Côte d’Ivoire et  de l’Agence Nationale de Financement de Collectivités Locales (ANAFIC) de Guinée.

Cette visite organisée par le Réseau des Institutions Africaines de Financement des Collectivités Locales (RIAFCO), dans le but du renforcement des capacités de ses membres, se présente comme une opportunité d’échange et de partage d’expériences entre ces organismes en vue d’identifier les acquis et bonnes pratiques du FEICOM pouvant contribuer à l’amélioration de leur fonctionnement.

Pour approfondir :   Cameroun : Le parti de Paul Eric Kingué ne participera pas au défilé du 20 mai

À cet égard, le Directeur Général du FEICOM en souhaitant la bienvenue à ses pairs, a salué la présence des délégations de ces deux pays frères en terre camerounaise, et a fait savoir que l’institution dont il a la charge est ouverte à partager son savoir-faire, ses réussites, ainsi que les leçons apprises de sa longue expérience au service des CTD, et qu’elle souhaite également à apprendre des  réalités des organismes ivoirien et guinéen.

Les responsables du FEICOM ont ainsi présenté les mécanismes de mobilisation des ressources, les activités d’études, d’analyse prospective, de conduite des projets et de suivi évaluation au profit des Collectivités Territoriales Décentralisées par l’organisme.

Pour approfondir :   Région de l’Est : Les responsables de la santé veulent vacciner 400 000 enfants

La visite d’étude est prévue pour une durée de 06 jours au Cameroun.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ernest Obama Nana

Ernest Obama : « C’est Eto’o lui-même qui conduisait sa campagne »

Ernest Obama

Ernest Obama : « Pour moi Bruno Bidjang n’est pas encore journaliste »