in ,

Dieudonné Essomba : « Les Anglophones ne reviendront jamais à l’Etat unitaire »

Dieudonne Essomba

L’économiste statisticien a publié un texte le vendredi 09 septembre 2022, dans lequel il revient sur la problématique de l’Etat unitaire en lien avec la crise anglophone au Cameroun. Dieudonné Essomba pense que les anglophones ne reviendront plus à l’Etat unitaire et que ça ne vaut plus la peine de dépenser les ressources inutilement.

Lebledparle vous propose le texte intégral.

On Ne Peut Plus Ramener Les Anglophones Dans Un Cameroun Unitaire

Je ne parle plus du problème anglophone parce qu’il faut que tout le monde voit de ses propres yeux les mensonges et les impostures de ceux qui poussaient le Gouvernement a la folie de la répression.

Il est nécessaire que les gens voient de leurs propres yeux l’incapacité de l’armée à réduire militairement la Sécession et les monstrueuses pertes militaires pour qu’ils comprennent qu’ils ont fait fausse route.

Les Anglophones ne reviendront jamais à l’Etat unitaire et il est parfaitement inutile de consacrer des ressources à ce faux projet.

Il faut prendre acte, de manière définitive et irréversible que l’Etat unitaire, avec les Anglophones est terminé au Cameroun.

Le Gouvernement de Biya a eu le temps de mettre en place un modèle fédéral qu’il contrôle, un peu comme Poutine contrôle la Russie qui est une fédération.

Il a plutôt préféré s’arcbouter sur son État unitaire, pour maintenir le contrôle monopolistique des ressources au Palais d’Etoudi, aggravant la situation.

Pour approfondir :   Cameroun : La revue de presse de ce mardi 17 décembre 2019

Maintenant, qu’est-ce qu’on peut faire? On se retrouve aujourd’hui dans une spirale infernale et on ne voit pas très bien comment s’en sortir.

L’élimination des chefs de Sécessionnistes n’a donné aucun résultat escompté et la rébellion n’a fait que s’approfondir. L’arrestation d’Ayuk a laissé émerger le Fielmarshall, plus sanguinaire. L’élimination de celui-ci a laissé la place à No Pity, plus sanguinaire encore, et dont la neutralisation supputée a laissé la place à de chefs plus rusés, plus méchants et plus vicieux.

C’est un véritable tonneau de Danaïdes qui va nous épuiser jusqu’à l’os.

Les Anglophones sont venus au Cameroun en 1961 avec leur État. Ahidjo a supprimé cet État pour réaliser son unité nationale.

C’était une grossière erreur.  Ce n’est pas cela qu’il fallait faire. Il fallait plutôt élargir la fédération, de manière à noyer la spécificité anglophone dans une federalisation généralisée. Chaque État fédéré anglophone disposant de son autonomie, on ne courait plus le risque d’une réclamation autonomiste généralisée a toute cette communauté. Ce qui n’allait de toute façon n’avoir aucun sens politique.

Pour approfondir :   Cameroun : La revue de presse de ce jeudi 26 mars 2020

Mais en supprimant l’Etat fédéral, Ahidjo a plutôt gelé le problème anglophone et celui-ci devait apparaître tôt ou tard. Et il est plutôt dommage que le régime de Biya n’ait pas compris que le meilleur moyen, c’était justement de fédéraliser le pays comme l’avait demandé Chief Mukete.

Il faut expliquer de manière claire à Biya et ses gens qu’avec leur attachement à l’Etat unitaire, ils vont perdre les Anglophones.

Il n’existe aucun moyen de ramener les Anglophones au Cameroun en maintenant le mot  »unitaire » dans la Constitution, car c’est ce mot à lui seul qui alimente la guerre. Il signifie l’absorption de la Communauté anglophone et c’est cela qui est anthropologiquement impossible.

Et il n’existe aucune possibilité  de gagner cette guerre par les moyens militaires. Il ne sert donc absolument a rien de sacrifier le sang des jeunes militaires, des jeunes Amba Boys et de la population dans une guerre qui ne peut jamais être gagnée.

Dieudonné ESSOMBA


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jean Bahebeck

Jean Bahebeck : « C’est dommage que le gouvernement n’écoute pas les types comme Dieudonné Essomba »

Mouelle Kombi can

Jean Crépin Nyamsi : « Je demande à Monsieur Narcisse Mouelle Kombi de démissionner de son poste »